Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

99 articles avec fsspx : voie sans issue

La FSSPX accepte de se rallier à Rome : Mgr Fellay aurait signé le Préambule doctrinal !

Publié le par Clément LECUYER

> Notre article sera réactualisé régulièrement au fur et à mesure des informations

 http://www.bibliotecapleyades.net/imagenes_vaticano/vatican40_14.jpg
La FSSPX,  favorable à être intégrée dans  l'Eglise moderniste, trahit définitivement le combat de la foi

  http://www.lenouvelliste.ch/multimedia/images/img_traitees/2012/04/fellaybernard_zoom945.jpgC'est dans un article du Vatican Insider publié à 22h hier soir que Andrea Tornielli, l'un des vaticanistes les mieux informés, annonce cette fois-ci fermement et sans utiliser le conditionnel que la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X a signé le préambule doctrinal proposé par Rome, donc reconnaît les doctrines intrinsèquement hérétiques de Vatican II. De plus, "une confirmation officielle est attendue dans les prochaines heures. D'après ce que l'on a appris, le texte du préambule envoyé par Mgr Fellay propose quelques modifications mineures de la version donnée par les autorités vaticanes; pour mémoire, la commission Ecclesia Dei [en charge du dossier lefebvriste à Rome, NDLR] avait refusé de rendre le document public, parce qu'il était susceptible d'être légèrement modifié sans que cela ne travestisse le sens. En substance, le préambule contient la Professio fidei, qui est la profession de foi exigée de ceux qui assument une charge ecclésiastique. Et qui exige donc une "religieuse soumission de la volonté et de l'intelligence aux enseignements du pape et des évêques, lorsqu'ils exercent le Magistère authentique. [...] Maintenant, le texte du préambule modifié par Mgr Fellay et signé par lui en tant que supérieur de la FSSPX sera présenté à Benoît XVI, qui reçoit cette réponse positive entre son 85e anniversaire et le 7e anniversaire de son élection. Il est possible que la réponse de Mgr Fellay soit examinée par les cardinaux de la Congrégation pour la doctrine de la Foi début mai; quelques semaines supplémentaires seront nécessaires pour que l'arrangement canonique se fasse. La proposition la plus probable est celle d'une prélature personnelle".

Fellay-2

Nous attendons les déclarations officielles donc prudence avec de telles annonces. Sources :

 Attention, danger !

  Les choses vont naturellement bouger dans les semaines qui viennent ; le trouble Mgr Williamson, opposé à la position "sédévacantiste", va probablement se séparer de la Fraternité Saint Pie X et tenter de rassembler autour de lui les quelques lefebvristes qui s'élèveront contre ce ralliement, piège qu'il faut de suite dénoncer.

 Nous mettons dès à présent en garde les fidèles contre ce risque.

 

> EDIT (17h00) : Contrairement à ce qui a été écrit par le site La Vie, notre site n'est pas le "blog du mouvement sédévacantiste de l'abbé Schoonbroodt". La position sédévacantiste est tenue par de nombreux prêtres, dont en effet Mr. l'abbé Schoonbroodt, mais notre site qui reste "indépendant" ne se rattache à aucune communauté précise ; la position sédévacantiste n'est le monopole d'aucun prêtre non una cum en particulier. 

> EDIT (19h00) :  Communiqué de la Maison générale de la Fraternité Saint-Pie X :

 

La presse annonce que Mgr Bernard Fellay a adressé une « réponse positive » à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, et qu’en conséquence la question doctrinale est désormais résolue entre le Saint-Siège et la Fraternité Saint-Pie X.

La réalité est autre.

Dans un courrier du 17 avril 2012, le Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X a répondu à la demande d’éclaircissement que lui avait faite, le 16 mars, le cardinal William Levada, au sujet du Préambule doctrinal remis le 14 septembre 2011. Comme l’indique le communiqué de presse de la Commission pontificale Ecclesia Dei, daté de ce jour, le texte de cette réponse « sera examiné par le Dicastère (Congrégation pour la Doctrine de la Foi) et soumis ensuite au jugement du Saint-Père ».

Il s’agit donc d’une étape et non d’une conclusion.

Menzingen, le 18 avril 2012

 

 Dans ce communiqué, la FSSPX semble déplorer en quelque sorte que l'accord ne soit pas encore clôt et officiel : il faut encore attendre nous dit-on. Cependant, une importante étape au ralliement - plus que jamais voulue par Mgr Fellay - a été franchie, se félicite Ecône.

 Le ralliement de la FSSPX n'est donc pas encore officiel  : Mgr Fellay  a répondu positivement mais il faut désormais attendre la réponse de Benoît XVI. Il accepte plus que jamais  l'intégration de la FSSPX dans  l'Eglise moderniste et un statut canonique, ce qui constitue une véritable trahison envers le combat de la foi.

> EDIT (20h00) :  Les lefebvristes acceptent la main tendue du pape (La Croix)

Quelques extraits :
 Mgr Fellay, supérieur général de la Fraternité Saint-Pie-X a fait parvenir au pape une réponse concernant le Préambule doctrinal présenté en septembre 2011 
 Cette réponse, contrairement à la première envoyée en décembre, serait positive, et constituerait donc un pas décisif vers la fin d’une séparation de près de 24 ans - Un résultat à mettre au crédit de Benoît XVI qui, depuis le début de son pontificat, a multiplié les gestes en faveur de cette réconciliation
Qu’est-ce que la Fraternité a accepté ?
 La Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X a finalement apporté une réponse au Préambule doctrinal présenté en septembre par Rome, qui conditionnait leur retour dans l’Église catholique. L’information a été confirmée mercredi 18 avril par le Saint-Siège. Pour l’instant cependant, rien n’est rendu public : ni la réponse de la Fraternité, ni même le Préambule doctrinal, à savoir le socle doctrinal jugé non négociable par le pape, et sur lequel les intégristes devaient s’accorder. Cependant, comme l’a affirmé mercredi le P. Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, « cette réponse est différente des précédentes, qui avaient été considérées comme insuffisantes. C’est donc un pas en avant, encourageant. »Toujours selon le P. Lombardi, « la réponse contient des demandes ou propositions de précisions sur le texte du Préambule doctrinal proposé à la signature ». Mais quelles sont ces « propositions de précisions » ?
 C’est toute la question : selon nos informations, le Préambule doctrinal demandait aux intégristes de reconnaître l’autorité du magistère, des évêques, du Concile Vatican II et l’enseignement des papes successifs. Ce même préambule reconnaissait l’existence pour les intégristes de « points faisant difficulté », qui pouvait être discutés, mais de manière « non polémique ». Il faisait enfin référence au Code de droit canonique et demandait que soit reconnue la validité des célébrations liturgiques en rite actuel.
 Dans sa première réponse, envoyée en décembre dernier, et très négative, la Fraternité demandait de pouvoir se conformer à la profession de foi du… Concile de Trente. Puis elle contestait certains points du Concile Vatican II, à savoir la liberté religieuse, l’œcuménisme, le dialogue interreligieux et la collégialité. Surtout, et c’est ce qui avait provoqué un fin de non-recevoir du Vatican, elle niait « l’autorité magistérielle du Concile lui-même », ne demandant pas autre chose que « de poursuivre le bon combat de la Foi qui est le nôtre ».
 Il semble donc que ce dernier point ait disparu. Et que les responsables lefebvristes soient prêts désormais à accepter la « profession de foi » actuelle de l’Église, demandée aujourd’hui notamment aux luthériens ou aux anglicans qui deviennent catholiques.
 Même si les choses semblent en bonne voie, rien n’est donc encore définitivement réglé. « Il s’agit d’une étape et non d’une conclusion », précisait mercredi la Fraternité. Dès mercredi prochain sans doute, les membres de la Congrégation de la doctrine de la foi, réunis à Rome devraient commencer à étudier le texte de la Fraternité Saint-Pie-X. Et la décision définitive est entre les mains du pape. « D’ici à quelques semaines, il devrait y avoir une réponse définitive », a encore expliqué le P. Lombardi.
[...]
Que va devenir la Fraternité Saint-Pie-X ?

Le Vatican devrait accorder à la Fraternité une structure juridique sous la forme d’une prélature personnelle (statut canonique hérité paradoxalement de Vatican II), déjà expérimentée par l’Opus Dei. Avant d’ériger cette prélature personnelle, le Saint-Siège doit, selon le canon 294 du Code de droit canonique , consulter au préalable « les conférences des évêques concernées ». Reste à savoir si les évêques seront consultés même là où la FSSPX est déjà implantée…
 En interne, la réponse positive des responsables de la Fraternité à la main tendue du pape pourrait s’accompagner de divisions. « Je crains la séparation. Cela va faire mal », écrivait mercredi matin sur le forum Fecit un internaute, tandis qu’une autre, Alix, publiait : « Nous vivons des heures très difficiles ! La moitié des fidèles de mon prieuré sont contre des accords, il va donc y avoir, en plus d’une fracture, des dissensions. »
De fait, le district de France – avec en tête les abbés Régis de Cacqueray, son supérieur, et Xavier Beauvais, le curé de Saint-Nicolas du Chardonnet – s’est fortement engagé contre un accord avec Rome. Dimanche dernier en chaire, l’abbé Beauvais a d’ailleurs longuement prêché sur la foi, « aux heures où la foi catholique risque d’être marchandée à tout prix (sous prétexte de paix) »…

 Ces tensions sont également palpables dans les plus hautes sphères de la Fraternité : avec non seulement l’incontrôlable Mgr Richard Williamson, mais plus encore, Mgr Bernard Tissier de Mallerais, figure historique de la FSSPX qui vient de publier un livre sur L’étrange théologie de Benoît XVI  (Éd. de Chiré). Si ces derniers décidaient de rejeter l’accord, ils seraient de nouveau excommuniés. « La levée des excommunications, accordée par le pape en janvier 2009, doit s’accompagner d’un acte de communion pour être valable », explique un canoniste.

Rome et Écône sur le point de sceller un accord

Publié le par Clément LECUYER

 A en croire les médias tels que Le Figaro et La Croix, Rome et Écône sont sur le point de sceller un accord ; la signature d'un document fixant les relations entre le Saint-Siège et les disciples de Mgr Lefebvre est une question de jours.

Le Figaro : "Officiellement, le Vatican attend la réponse de Mgr Bernard Fellay, le chef de fil des lefebvristes. Sitôt reçue à Rome - «c'est une affaire de jours et non plus de semaines», indique-t-on au Vatican -, elle sera «aussitôt» analysée. Si elle est conforme aux attentes, le Saint-Siège annoncera très vite un accord historique avec cette branche de fidèles, connus sous le nom d'«intégristes».

Mais officieusement et dans la plus grande discrétion, les émissaires ont travaillé, de part et d'autre, pour «aboutir à un accord». Ces dernières semaines, les ultimes réglages ont été finalisés entre Rome et Écône pour répondre au mieux aux demandes de «clarifications» sollicitées par le Vatican, le 16 mars dernier."

 Interrogé par téléphone en fin de semaine dernière par le site internet Suite 101.fr, Mgr Bernard Fellay a confirmé que "la signature d'un document fixant les relations entre le Saint-Siège et les disciples de Mgr Lefebvre est une question de jours…".

 Toujours selon Le Figaro, l’accord final devrait attribuer un statut spécial - une «prélature personnelle» - déjà expérimenté par l’Opus Dei.

 Désormais, le doute ne sera plus permis : la Fraternité Saint Pie X fera officiellement et intégralement partie de l'Eglise mondiale moderniste et aura trahi l'Eglise catholique et renié la foi et la doctrine de toujours

Questions & Réponses : Vatican II, le Pape et la FSSPX

Publié le par Clément LECUYER

 Nous publions la traduction en français d'un des articles de Mgr Sanborn : Vatican II, the Pope and SSPX: Q & A. Dans ce dossier (pdf) qui se présente sous forme de questions/réponses, Mgr Sanborn revient sur le concile Vatican II, la situation actuelle de l'Eglise, la position doctrinale de la FSSPX et l'assistance aux messes una cum.
 

Voici la liste des questions retenues :

1. Quel problème le Concile Vatican II pose-t-il ?
2. Quelles doctrines a-t-il enseigné qui étaient déjà condamnées ?

3. Quelle fausse doctrine enseigne-t-il concernant l'unité de l'Eglise ?
4. Quelle fausse doctrine enseigne-t-il concernant l'œcuménisme ?
5. Quelle fausse doctrine enseigne-t-il concernant la liberté religieuse ?
6. Quelle fausse doctrine enseigne-t-il concernant la collégialité ?
7. Quels problèmes la nouvelle Messe et les changements liturgiques qui ont été promulguées depuis Vatican II soulèvent-ils ?
8. Quel problème les disciplines émanées de Vatican II posent-elles ?
9. Que signifie tout cela ?
10. Ne donnez-vous pas une mauvaise interprétation de Vatican II ?
11. Si ce que vous dites est vrai, qu'en est-il alors des papes de Vatican II ?
12. Pourquoi ne peuvent-ils pas être de vrais Papes Catholiques et de vrais évêques Catholiques ?
13. Pourquoi l'autorité de l'Église Catholique romaine ne peut-elle donner à l'Eglise universelle de fausses doctrines, de fausses pratiques liturgiques et de fausses disciplines ?
14. Avons-nous le pouvoir de dire que ces Papes de Vatican II ne sont pas vrais Papes ?
15. Mais pourquoi ne pouvons-nous passer au crible ce que le Pape fait et dit, accepter ce qui est Catholique et rejeter ce qui est non Catholique ?
16. Mais si votre père vous dit de faire quelque chose de mal, vous devez lui désobéir. Il n’en reste pas moins votre père.
17. Mais que faire si nous ne sommes pas sûr que Vatican II soit erroné et que Benoît XVI soit ou non Pape ?
18. La question de la papauté de Benoît XVI n’est-elle pas une simple question d'opinion ?
19. Y a-t-il eu des situations similaires dans l'histoire ?
20. Un Pape nous a-t-il déjà mis en garde de la possibilité qu’un hérétique occupe le trône de Pierre ?
21. Qu’est-ce que la Messe una cum ?
22. Qui offre la Messe una cum ?
23. Quel est le problème avec la Messe una cum ?
24. Est-ce que le prêtre ne prie pas simplement pour lui, comme vous le feriez pour n'importe qui, même pour vos ennemis ?
25. Pourquoi est-il si mauvais de mentionner le nom de Benoît XVI dans le canon ?
26. Qu'est-ce qui est nécessaire pour qu'une Messe soit considérée comme une Messe Catholique ?
27. La Messe una cum est-elle, dès lors, une Messe schismatique ?
28. Est-il mauvais d'assister à la Messe una cum ?
29. Est-il vraiment mauvais d'assister à la Messe una cum ?
30. Prétendez-vous, alors, que tous les gens qui vont à la Messe una cum sont en état de péché mortel ?
31. Ne pensez-vous pas que votre position soit extrême ?
32. Mais que faire si vous n'avez pas de d’autres Messes où aller ?
33. Que faire si le prêtre pense bien et n'a pas l'intention d'être schismatique ?
34. Que faire si nous assistons à la Messe una cum mais ne sommes pas d'accord avec elle intérieurement ?
36. Que faire si le prêtre est secrètement non una cum, comme c'est le cas de nombreux prêtres de la Fraternité Saint-Pie X ?
37. N'êtes-vous pas conscient du fait que de nombreux prêtres traditionnels, qui eux-mêmes ne sont pas una cum, pensent qu'il n'est pas mauvais d'assister à ces Messes ?

 
A toutes ces questions importantes,, Mgr Sanborn propose au lecteur des réponses claires et concises. Nous encourageons donc vivement nos lecteurs à lire ce travail très instructif et complet.

 Remarque : Sans développer ce sujet, nous tenons à préciser néanmoins que la position stricte de Mgr Sanborn sur l'assistance à une messe una cum n'est pas partagée par tous les prêtres dits 'sédévacantistes' ; en effet, alors qu'il condamne, sans admettre d'exceptions, l'assistance aux messes una cum, certains religieux  estiment à l'inverse que se rendre à une telle messe peut être envisageable pour quelques uns, dans la mesure où cette non-assistance peut entraîner, suivant les circonstances, des graves "cas de conscience". Cette opinion est défendue par Mgr Guerard des Lauriers entre autres (à retrouver à la page 14 de ce document PDF).

Nouveau scandale à la FSSPX !

Publié le par Clément LECUYER

 Certains ont peut-être eu vent de cette nouvelle : 19 fidèles de la FSSPX ont été "confirmés" dimanche dernier (11 mars) par le supposé évêque moderniste Mgr Bonfils.

Un geste fort : Mgr Bonfils confirme en Corse pour la FSSPX

"Un geste qui bouscule toutes les lignes et force l’admiration. Hier matin, dimanche 11 mars, Mgr Bonfils, administrateur du diocèse d’Ajaccio jusqu’à la prise de possession de Mgr de Germay, s’est rendu dans l’église desservie à Ajaccio, par la FSSPX. Ce n’était pas une simple visite de courtoisie ou de pure diplomatie : Mgr Fellay ne pouvant se rendre à Ajaccio pour un assez long temps, son confrère, Mgr Bonfils, a proposé de son propre mouvement de procéder à la confirmation des 19 candidats à ce sacrement. Le représentant de la FSSPX ne pouvait refuser le sacrement proposé par l’évêque en charge du diocèse, d’autant qu’il l’a, bien entendu, conféré selon le rite traditionnel. Ensuite, Mgr Bonfils a célébré la messe de Saint-Pie-V.

Cet acte accompli par un évêque français, dans l’actuel contexte de proposition faite par le Pape à Mgr Fellay d’un statut canonique de Prélature personnelle universelle, ne manque pas de panache. Qu’il ait été très simplement et normalement reçu par les fidèles de la FSSPX est aussi très réjouissant." (Source : Summorum Pontificum)

abbe-mercury.jpg 

  Le prieur de cette chapelle de la FSSPX à Ajaccio, Monsieur l'abbé Mercury, qui, selon nos sources, était "sédévacantiste secret" dans les années 1990, a souhaité dans ces termes la bienvenue à Mgr Bonfils :

Monseigneur,
Au nom des fidèles présents, je vous souhaite la bienvenue dans notre chapelle Saint-Antoine de la Parata.
Le but essentiel de l'Eglise catholique est de sauver les âmes. Cette fin correspond à la volonté même de Dieu qui est de sauver tous les hommes.
Pour cela, Jésus a donné à ses Apôtres et aux évêques, leurs successeurs, la mission d'annoncer son Nom dans le monde entier. Cette Église, fondée sur le droit divin, s'est enracinée, dès les premières heures, dans des lieux. C'est l'Église locale, l'Église diocésaine.
Certes, il peut arriver qu'exceptionnellement, la grâce soit distribuée en dehors des structures juridiques habituelles de l'Église. Mais cet état de fait est toujours éphémère et reste une exception.
Monseigneur, vous êtes le Souverain de l'Église de Jésus-Christ en Corse. Nous le savons. Nous le croyons. Quand je vous ai informé du projet de Mgr Fellay en mai prochain de venir pour les confirmations, vous m'avez dit que cela était inutile, que vous les feriez vous-même. Vous attendiez ma réaction et j'ai su, à ce moment, que je ne pouvais pas me dérober à cette profession concrète de foi catholique. C'est parce que je crois à l'efficacité de votre pouvoir épiscopal que je ne peux pas vous refuser l'entrée dans cette communauté de fidèles dont je m'occupe depuis 14 ans.
En retour, votre démarche a été empreinte d'un véritable esprit de miséricorde. Vous voulez assurer, selon votre mission de pasteur, le bien des âmes. Afin d'accomplir ce devoir, vous avez accepté d'affronter, à 82 ans, les critiques et les oppositions de vos diocésains.
Les remous que cette cérémonie provoque, de part et d'autre, ne nous empêcheront pas de professer sereinement notre Foi dans son intégralité. Nous croyons en l'Église divinement fondée par notre Sauveur et nous vous sommes profondément reconnaissants de nous donner aujourd'hui l'occasion de le manifester publiquement en vous recevant pour une célébration dans le rite traditionnel. Merci, Monseigneur !

 Face à ce nouveau scandale qui semble ébranler un grand nombre de fidèles de la FSSPX et qui n'a toujours pas été commenté par les autorités de la dite Fraternité, certains tentent de minimiser cette affaire en dénoncant une manipulation orchestrée contre la FSSPX :

"Les confirmations données par Mgr Bonfils dans la chapelle de la FSSPX est l'aboutissement d'une manipulation orchestrée par l'abbé Mercury.

 Contrairement à ce qui a été dit, Mgr Fellay devait bien se rendre en Corse au mois de mai, et la date avait été arrêtée depuis 6 mois. Or l'évêque du lieu s'y est rendu au mois de mars pour doubler le supérieur de la FSSPX. Contrairement a ce qui a été dit, les fidèles de la FSSPX n'ont pas accueilli Mgr Bonfils pour la simple et bonne raison qu'ils étaient partis. Les enfants confirmés sont ceux de parents qui ne sont pas fidèles de la FSSPX. Contrairement à ce qui a été dit, ce n'est pas un signal d'ouverture de quoi que ce soit, mais c'est la dépossession au niveau local de la FSSPX par une manipulation de l'évêque et du chapelain, l'incardination de ce dernier ayant été négociée il y a plusieurs semaines. Contrairement à ce qui a été dit, ce n'est pas un signe d'ouverture mais une confiscation puisque l'association qui gérait le local avait été noyautée par le prieur qui a trahi : la FSSPX perd donc un prêtre mais également le centre de messe.

Pour ce qui est de cette belle campagne de désinformation, elle est le fruit de plusieurs personnes hostiles à la FSSPX qui tels des oiseaux de nuit malfaisants ont préparé ce beau coup de façon concertée et malhonnête."  (Source :   Austremoine le 12-03-2012 sur le forum FECIT)

 Cependant, dans une mise au point envoyé au journal La Croix, M. l'abbé MERCURY dément plusieurs points mentionnés par Austremoine :

  1. Ce n’est pas à ma demande que Mgr Bonfils a procédé aux confirmations. Ayant informé Mgr Bonfils du projet de Mgr Fellay de venir en mai prochain, Mgr Bonfils m’a répondu que cela était inutile, qu’il les ferait lui-même.
  2. Avant que Mgr Bonfils fasse cette demande, je n’avais aucune difficulté notable avec mes supérieurs ou avec mes fidèles. Malgré des divergences de vue sur la suppléance depuis 15 ans, j’ai été admis comme membre permanent de la Fraternité.
  3. Aucun enfant de ceux qui avaient été prévus pour les confirmations ne manquait le dimanche 11 mars.
  4. Je ne ressens pas un sentiment de déception dû à l’intransigeance de mes supérieurs, mais je suis étonné qu’ils ne comprennent pas l’impossibilité de refuser dans laquelle je me suis trouvé face à la demande de Mgr Bonfils. Je n’ai fait aucune demande d’incardination et n’ai entamé aucun processus de rapprochement avec le diocèse. Il est vrai cependant qu'un prêtre diocésain a demandé à l’évêque si je pouvais être incardiné afin de rendre service au diocèse dans le cadre exclusif du rite traditionnel. Mais cette possibilité devra encore être examinée par les supérieurs de la Fraternité Saint-Pie X et la Commission Ecclesia Dei..."

  De son côté, Mgr Bonfils déclare le contraire : "c'est le prêtre de la Fraternité Saint Pie X qui m'a appelé". Qui croire ?

 Enfin, un fidèle membre de l'association Les Amis de St Antoine de la Parata, témoigne que les fidèles de la FSSPX étaient bien présents :

"La communauté ajaccienne compte une soixantaine de personnes (hors vacances), 10 personnes manquaient dont une adulte qui devait être confirmé. En fait, il manquait factuellement 9 personnes, l'une de ces 10 étant venue munie d'une caméra. Quelques personnes supplémentaires, de la famille des confirmés et tradis "du continent", se sont joints aux fidèles habituels. J'ajoute que la communauté compte des tradis ayant connu les premiers combats, certains bataillant depuis les années 70 avant la (providentielle) montée en puissance de la FSSPX" (source : Le Forum catholique)

 Quoi qu'il en soit, alors que beaucoup tergivugent quant à l'exactitude des faits, nous tenons à affirmer ce qui suit :

1. Les 19 personnes confirmées dans cette chapelle de la FSSPX par Mgr Bonfils n'ont pas reçu validement le sacrement de Confirmation. En effet, Mgr Bonfils n'est pas un vrai évêque de l'Eglise catholique. Moderniste, défenseur de Vatican II et des hérésies de la nouvelle religion mise en place par ce concile, Mgr Bonfils n'a pas été validement consacré évêque le 10 janvier 1993 puisque le rite de consécration épiscopale promulgué par Paul VI en 1974 est invalide.

2. Ce genre de scandale est le fruit de 30 ans de positions ambigües, incohérentes et contradictoires au sein de la FSSPX qui :

- entretient le doute quant à la catholicité ou non de l'Eglise moderniste et à son appartenance à cette dernière,

- reconnaît les chefs de cette nouvelle religion moderniste comme vrais et légitimes tout en résistant à leurs ordres et à leurs lois promulguées et  tout en rejetant (dans une certaine mesure) leurs doctrine hérétiques,

- n'a jamais précisé clairement si elle appartenait à l'Eglise catholique (dans ce cas-là, il lui faut rejeter la "catholicité" de l'Eglise conciliaire) ou à l'Eglise officielle moderniste (mais pourquoi demander une reconnaissance canonique dans ce cas de figure ?),

- n'a jamais voulu déclarer officiellement l'Eglise moderniste comme étant objectivement non catholique,

- s'obstine à discuter et négocier avec les modernistes afin d'être reconnus "canoniquement",

- défend des doctrines proches de l'hérésie (concernant l'infaillibilité de l'Eglise et du Pape et l'obéissance aux ordres pontificaux).

 Loin de mettre en application cette maxime évangélique "Que votre oui soit oui et votre non soit non!", la Fraternité Saint Pie X veut se fait l'avocat du diable. "A trop jouer avec le feu, on finit par se brûler" nous dit un dicton populaire : ne nous étonnons donc pas que de telles affaires surviennent ; car comme l'a écrit le grand saint Augustin "à force de tout voir l'on finit par tout supporter... A force de tout supporter l'on finit par tout tolérer... A force de tout tolérer l'on finit par tout accepter... A force de tout accepter l'on finit par tout approuver !"

 

Mgr Williamson : "Je préfère être un schismatique qu’un apostat"

Publié le par Clément LECUYER

 Le journal La Croix vient de publier un article rapportant les dernières nouvelles de la Fraternité Saint Pie X, actuellement en discussion avec le Vatican. Nous relayons ci-dessous cette publication :

« Je préfère être un schismatique sédévacantiste qu’un apostat romain » : c’est par ces mots que l’évêque intégriste Richard Williamson, membre de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX), termine la dernière livraison de sa lettre d’information hebdomadaire Commentaire Eleison diffusée samedi 21 janvier.

Il s’agit là de la première prise de distance officielle d’un responsable de la FSSPX avec la ligne d’ouverture et de dialogue avec Rome impulsée par son supérieur général, Mgr Bernard Fellay.

Dans sa lettre d’information, Mgr Williamson retourne notamment le principal argument de ceux qui prônent un retour de la Fraternité dans le giron romain en soulignant que le fait pour la FSSPX de rester plus longtemps hors de l’Église risquerait de la mener à une mentalité schismatique et à un sédévacantisme pratique (les sédévacatistes estiment que, depuis Paul VI au moins, les papes n’ont pas été validement élus et que le Siège de Pierre est vacant).

« Fascination » pour le Vatican

À ces partisans du retour à Rome au nom du risque d’affaiblissement de l’appartenance ecclésiale, l’évêque britannique rétorque qu’il y a « un plus grand risque encore que d’acquérir une mentalité schismatique qui est celui de contracter la maladie mentale et spirituelle des Romains d’aujourd’hui en s’approchant trop près d’eux ».

Plus loin, l’évêque, qui dès le début constatait que les discussions doctrinales menées entre 2009 et 2011 entre la FSSPX et Rome avaient souligné « un désaccord doctrinal radical », dénonce « la fascination » exercée par les palais romains sur ceux qui les fréquentent. « La fascination de ces lieux sacrés ne vient pas tant du charme des officiels que du sens que ces salles dégagent de 2000 ans d’histoire de l’Église, souligne-t-il. Est-ce la fascination du ciel ? De l’enfer ? En tout cas, la simple atmosphère du Vatican séduit les visiteurs et apprivoise leurs volontés. »

Pas invité à Albano

Mgr Williamson est bien connu pour ses déclarations fracassantes : le 21 janvier 2009, alors que le pape allait lever l’excommunication qui le frappait depuis son ordination illicite en 1988 par Mgr Lefebvre, il avait ainsi tenu des propos négationnistes à la télévision suédoise. Mgr Fellay l’avait alors démis de ses fonctions de supérieur du séminaire argentin de la FSSPX et envoyé à Londres où il lui était interdit de s’exprimer officiellement.

Depuis lors, Mgr Williamson n’a pas cessé de diffuser sa lettre Commentaire Eleison , contrairement aux instructions de Mgr Fellay qui, devant ce refus, ne l’avait pas invité à la rencontre, début octobre à Albano, près de Rome, où les responsables de la FSSPX ont discuté du Préambule doctrinal présenté le 14 septembre par Rome.

Dans une lettre, Mgr Fellay avait également menacé Mgr Williamson, s’il persistait à refuser de garder le silence, du « démarrage de la procédure canonique menant à (son) exclusion de la FSSPX ».

1. L'aberrante préférence de Mgr Williamson

  A. Mgr Williamson préfère être en soit un schismatique qu'un apostat. Ceci est tout simplement aberrant ! De notre côté, nous n'avons pas à émettre de tels hypothétiques souhaits. Nous voulons être et rester pour toute éternité de fervents et fidèles catholiques aus service de l'Eglise ; ceci passe par une adhésion solide à la foi intégrale et à la soumission au magistère de l'Eglise. Ainsi donc, nous devons porter les conclusions nécessaires découlant des vérités de foi auxquelles nous croyons, à savoir la vacance du SIège de Pierre (Sede Vacante) depuis Vatican II.

  B. Que Mgr Williamson préfère être schismatique qu'un apostat ne changera pas grand chose à ce qui résulterait de cet état de fait: l'apostasie et le schisme conduisent tous deux à l'exclusion de l'Eglise. Il est ridicule, particulièrement pour un évêque, d'en arriver à émettre des préférences de ce genre.

 Cependant, en lisant le texte original de Mgr Williamson, on remarque que contrairement à ce qu'écrit La Croix, cette fameuse citation empreintée à la déclaration de l'évêque n'est pas la dernière phrase mais l'avant-dernière : 

"Dear friend of mine, I would rather be a schismatic sedevacantist than a Roman apostate. With the grace of God, neither! Avec la grâce de Dieu, ni l'un ni l'autre !"

Malgré cette erreur de La Croix, il demeure qu'il est ridicule d'émettre des préférences en cette matière.

2. L'accusation de Mgr Williamson contre la position "sédévacantiste"

 Que la Fraternité Saint Pie X nous accuse de schisme n'est pas nouveau. Qu'est-ce qu'un schismatique ?

Pie VII, Pape : « Saint Thomas enseigne que ceux-là sont appelés schismatiques, qui refusent de se soumettre au souverain Pontife, et de communiquer avec les membres de l’Eglise qui lui sont soumis » (Bref du 16 septembre 1818 à Mgr Poynter).

 Qui refuse de se soumettre au prétendu pape ? N'est-ce pas la FSSPX, dont Mgr Williamson qui, tout en reconnaissant, à tort, Benoît XVI comme Pape, lui désobéit et refuse de suivre ses ordres ? N'est-ce pas cette même Fraternité qui rejette le concile Vatican II et les réformes promulguées par Paul VI ? N'est-ce pas cette FSSPX qui juge constamment les déclarations et actes de ceux qu'elle reconnaît Papes ? C'est bien ladite Fraternité qui a un esprit schismatique ! Si elle reconnaît Benoît XVI comme Pape, elle doit lui être soumise en matière de doctrine et de discipline. En revanche, si elle refuse de suivre les enseignements hérétiques de Vatican II, si elle rejette les réformes néoprotestantes promulguées par Paul VI et condamne les déclarations et actes scandaleux des modernistes, elle doit en conclure que les postes d'autorité de l'Eglise catholique sont occupés par des ennemis de Jésus-Christ qui ont fondé une nouvelle religion. Elle doit donc déclarer que Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul I, Jean-Paul II et Benoît XVI ne sont pas de vrais Papes mais des imposteurs.


"Si l’on défend la Tradition, on la défend intégralement ; si on ne la défend pas intégralement, on finit par rejoindre ceux qui sont intégralement contre. Défendre la tradition, c’est dénoncer, condamner, combattre cette pseudo-église conciliaire, maçonnique, satanique, universelle d’une part, et c’est d’autre part, se garder de toute relation avec elle et avec ses ressortissants, exception faite pour les simples fidèles, bernés et innocents." (R.P Avril, Novembre 2011)

 En quoi serions-nous schismatiques ? Fidèles aux engagements de notre baptême et à l'enseignement de l'Eglise catholique, nous voulons garder et défendre la foi catholique intégrale et par conséquent nous refusons le modernisme et rejetons cette nouvelle religion mondiale qui a vu le jour au concile Vatican II. Qui plus est, la position catholique dite du "sédévacantisme" est basée sur deux raisonnements qui ne peuvent pas être remis en question car fondés sur deux dogmes :

 1. L'infaillibilité pontificale

- Majeure :  Depuis Vatican II, ceux qui nous sont présentés comme Papes enseignent publiquement l'hérésie et contredisent les fondements de la religion catholique.
- Mineure : Or, un Pape ne peut pas dévier de la foi. Ceci un dogme de foi enseigné par Notre Seigneur et bien évidemment par les Papes et l'ensemble des docteurs de l'Eglise.

- Conclusion : Par conséquent, Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI ne peuvent pas êtres des Papes de l'Eglise catholique.

> Plus de précisions ICI   

2.  La soumission des fidèles catholiques au Pape

- Majeure : La foi nous commande de rejeter l'enseignement, les réformes et les hérésies des "papes" conciliaires.
- Mineure : Or, il est nécessaire et obligatoire de la part d'un fidèle catholique d'obéir et d'être soumis au Pape quand ce dernier est dans son domaine. Ceci est de foi divine et catholique.
- Conclusion : il est donc absolument certain que les "papes" de Vatican II sont démunis de l'Autorité Pontificale qu'ils devraient posséder.

> Plus de précisions ICI

3. L'absurdité de Mgr Williamson

 L'évêque revient à affirmer dans sa publication que Rome se trouve dans l'apostasie. Rappelons ce qu'est l'apostasie :

"L'apostasie est le reniement de la foi et des principes de la foi catholique, des valeurs bibliques et évangéliques, des dogmes et des traditions et articles de foi reconnus par l'Église et les conciles, les enseignements des Pères de l'Église et les enseignements ordinaires du magistère." (Bulle pontificale Gratia Divina - 1656)

 Puisque pour Mgr Williamson, Benoît XVI est le Vicaire du Christ, cela signifie que le Pape peut être un apostat, donc un non catholique. Or, c'est un principe de foi catholique qu'un apostat, tout comme un hérétique, ne peut, en aucune façon être Pape, la raison en est qu'il ne peut pas être la tête visible de l'Eglise s'il n'en est pas membre (Saint Robert Bellarmin, De Romano Pontifice, L. II ch. 30)Si Rome est dans l'apostasie, il est évident que l'abbé Ratzinger n'est pas Pape et que les chefs de la nouvelle religion conciliaire ne sont pas de l'Eglise catholique.

 Tout comme son supérieur Mgr Fellay, Mgr Williamson contredit plusieurs fondements de la religion catholique. Hélas, ces évêques sont loin d'être les vaillants défenseurs de la foi intégrale que l'Eglise une, sainte, catholique et apostolique a bien besoin d'avoir ! Plutôt que de proclamer haut et fort la vérité, ils préfèrent persister dans leurs tranquilles erreurs pernicieuses...


Cardinal Pie : "Je suis évêque, donc je parlerai, j'élèverai la voix, je tiendrai haut et ferme l'étendard de la vérité, l'étendard de la vraie liberté, qui n'est autre que l'étendard de la foi, l'étendard de mon Dieu. Les pusillanimes pourront s’en étonner, les esprits d'une certaine trempe pourront même s'en scandaliser." (Discours d'intronisation - 8 décembre 1849)

 Prions !

La FSSPX ne rejette pas le Préambule Doctrinal !

Publié le par Clément LECUYER

F  Mgr Fellay aurait envoyé une seconde réponse à Rome, la première ayant été considérée comme étant trop générale et consistant surtout en une documentation. Cette nouvelle réponse, plus appropriée, a été considérée par Rome comme "un pas en avant". Le sujet sera évoqué lors de l’assemblée plénière de la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui aura lieu du 24 au 27 janvier 2012. Cette réponse n'est ni un oui ni un non définitif au préambule doctrinal, mais en accepte certaines parties et émet des réserves sur d'autres, en demandant des éclaircissements et des ajouts.

  Source : Michel Janva

Mgr Tissier de Mallerais et le magistère de l'Eglise

Publié le par Clément LECUYER

Alors que ça et là, nombreux sont ceux qui nous accusent, à tort, de juger le Pape, il apparaît une nouvelle fois que ces mêmes personnes prétendent encore et toujours juger le Magistère. Cet état d'esprit, condamné et réfuté à de nombreuses reprises par l'Eglise, relève du luthérianisme :
"Samedi 12 novembre, en la fête de tous les saints de l'Ordre Dominicain, Mgr Tissier de Mallerais a conféré le sous-diaconat à trois frères dominicains du couvent de la Haye-aux-Bonshommes.
Dans son homélie, le prélat a exhorté les nouveaux sous-diacres à montrer l'exemple d'une vie sainte, et à être des sentinelles dans l'Église, en gardant la pureté de la foi à une heure où les ténèbres ont envahi le Magistère de l'Église." (Source : La Porte Latine)

 Comme nous l'a écrit un lecteur que nous remercions, comment le Magistère de l'Eglise catholique - premier pouvoir que l’Église a reçu de Notre-Seigneur Jésus-Christ : le pouvoir d’enseigner -  pourrait-il être assombri par les ténèbres ? s'il est bien le Magistère, c'est bien lui qui nous éclaire en vertu de la Parole de Notre Seigneur Lui même : "Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre; allez donc enseignez toutes les nations" (St Matthieu, XXVIII, 16-20)"J'ai prié pour toi, afin qu'etant confirmé dans la Foi tu confirmes tes frères!" (St Luc, XXII, 31-34), "Celui qui vous écoute, m’écoute ; celui qui vous rejette, me rejette et celui qui me rejette" (St Luc, X, 13-16).

- Léon XIII : "Jésus-Christ a institué dans l’Église un magistère vivant, authentique et, de plus, perpétuel, qu’il a investi de sa propre autorité, revêtu de l’esprit de vérité, confirmé par des miracles ; et il a voulu et très sévèrement ordonné que les enseignements doctrinaux de ce magistère fussent reçus comme les siens propres." (Encyclique Satis Cognitum)

- Pie XI : « Le magistère de l'Eglise,établi ici bas selon le plan de Dieu pour conserver perpétuellement intact le dépôt des vérités révélées et pour en assurer la transmission aux hommes, est exercé chaque jour par le pontife Romain...». (Encyclique Mortalium animos)

- Pie XII : « Suivant l’exemple de saint Thomas d’Aquin et des membres éminents de l’Ordre dominicain, qui brillèrent par leur piété et la sainteté de leur vie, dès que se fait entendre la voix du Magistère de l’Église, tant ordinaire qu’extraordinaire, recueillez-la, cette voix, d’une oreille attentive et d’un esprit docile [...] Et il ne vous faut pas seulement donner votre adhésion exacte et prompte aux règles et décrets du Magistère sacré qui se rapportent aux vérités divinement révélées – car l’Église catholique et elle seule, Épouse du Christ, est la gardienne fidèle de ce dépôt sacré et son interprète infaillible ; mais l’on doit recevoir aussi dans une humble soumission d’esprit les enseignements ayant trait aux questions de l’ordre naturel et humain ; car il y a là aussi, pour ceux qui font profession de foi catholique et – c’est évident – surtout les théologiens et les philosophes, des vérités qu’ils doivent estimer grandement, lorsque, du moins, ces éléments d’un ordre inférieur sont proposés comme connexes et unis aux vérités de la foi chrétienne et à la fin surnaturelle de l’homme. » (Aux professeurs et élèves de l’Angelicum, 14 janvier 1958)

 Ce n'est pas la première fois que Mgr Tissier prêche d'aussi graves erreurs sur l'Eglise, afin de justifier les aberrations doctrinales de la FSSPX. Mgr Tissier n'a-t-il pas signé en 2004, tout comme ses trois confrères, ces propos objectivement hérétiques :

"L’Église catholique n’agit plus en phare de la vérité qui illumine les cœurs et dissipe l’erreur, mais plonge l’humanité dans la brume de l’indifférentisme religieux, et bientôt dans les ténèbres de l’apostasie silencieuse"  (p. 33 de l’opuscule, Lettre à nos frères prêtres, janvier 2004).


"Je crois en l'Eglise, une, sainte, catholique et apostolique" (Credo)

 Il y a encore deux ans, il déclarait vouloir convertir celui qu'il considère comme le Vicaire du Christ, Benoît XVI !

 Il s'agit du même principe d'erreur que celle relevée ci-dessus : comment un catholique peut-il prétendre convertir celui qui est la règle de la foi de tous les fidèles catholiques, celui qui est "le Pasteur, le Conducteur, l'Évêque de l'Église universelle, l'Évêque des Évêques, le Pasteur des Pasteurs, le Docteur des Docteurs, le Père des Pères, le Chef des Chefs" (Mgr de Ségur - "Le Pape est infaillible") ? Comment un catholique peut-il revendiquer que le Magistère de l'Eglise doit être aujourd'hui interprété, jugé, rejeté ou condamné  ?!

 Non, ce n'est pas le Magistère de l'Eglise catholique qui est obscurcit par les ténèbres de l'erreur, c'est bien et bel la foi et l'intelligence de ces faux "champions de la Tradition" qui refusent de reconnaître deux vérités simples mais essentielles basées sur la Foi et le Magistère: le Sede Vacante et l'éclipse de l'Eglise catholique par cette nouvelle religion moderniste.

 Il ne nous reste plus qu'à prier...

Communiqué : Ayez pitié de nous, Seigneur !

Publié le par Clément LECUYER

 Comme tout le monde a pu le constater, les évènements que nous vivons ces derniers jours sont bien tristes :

http://1.bp.blogspot.com/-DUzZ78JBlNU/TV0dOfA-39I/AAAAAAAAATA/UoT9UdK3GfQ/s1600/passion-of-the-christ.jpg
Scandales, apostasies, blasphèmes, sacrilèges... STOP !
Quand tout cela va-t-il cesser ?
Notre Dieu a déjà trop souffert à cause de nos péchés et des blasphèmes commis contre son infinie Majesté !

- Renouvellement à Assise de réunions oecuméniques où Notre-Seigneur est de nouveau bafoué : "les dieux des autres religions sont des démons" (Psaume 95). Il ne peut y avoir de paix sans le règne du Christ-Roi. 

  Saint Pie X : "Mais, plus étranges encore, effrayantes et attristantes à la fois, sont l’audace et la légèreté d’esprit d’hommes qui se disent catholiques, qui rêvent de refondre la société dans de pareilles conditions et d’établir sur terre, par-dessus l’Église catholique « le règne de la justice et de l’amour », avec des ouvriers venus de toute part, de toutes religions ou sans religion, avec ou sans croyances, pourvu qu’ils oublient ce qui les divise : leurs convictions religieuses et philosophiques, et qu’ils mettent en commun ce qui les unit : un généreux idéalisme et des forces morales prises « où ils peuvent ».(…) Que vont-ils produire ? Qu’est-ce qui va sortir de cette collaboration ? Une construction purement verbale et chimérique, où l’on verra miroiter pêle-mêle et dans une confusion séduisante les mots de liberté, de justice, de fraternité et d’amour, d’égalité et d’exaltation humaine, le tout basé sur une dignité humaine mal comprise. Ce sera une agitation tumultueuse, stérile pour le but proposé et qui profitera aux remueurs de masses moins utopistes." ( Notre charge apostolique)

- Négociations diplomatiques menées par Mgr Fellay avec les modernistes : la défense de la foi est secondaire...  L'objet des discussions se concentre principalement autour du niveau du statut canonique qu'engendrerait l'acceptation du Préambule Doctrinale. Mais quand on est soi-même infesté de l'erreur doctrinale sur des vérités essentielles (sur l'infaillibilité pontificale, sur l'obéissance due au Pape, sur la sainteté de la liturgie, etc) comment peut-on envisager de rester fidèle à la Foi de toujours ? Des aveugles peuvent-ils en conduire d'autres ?

- Outrages commis quotidiennement contre Notre-Seigneur au sein même du Saint Sacrifice de la Messe. L'abbé de Cacqueray, supérieur du district de France de la FSSPX vient d'exiger, en réparation à Assise, que soit célébrées 1000 messes, bien sûr una cum Benoît XVI, la personne qui est justement responsable du scandale incommensurable d'Assise ! C'est se moquer du monde ! Mais c'est surtout insulter Notre Seigneur qui souffre déjà bien suffisamment ! 

- Blasphèmes publics contre Notre-Seigneur en France avec la réalisation de pièces de théâtre directement christianophobes, financées en partie par les impôts des français. Bien évidemment, tout ceci étant couvert par les pouvoirs publics antichrétiens qui envoient les CRS matraquer les quelques courageux chrétiens  ayant osé réciter le chapelet devant le Théâtre à Paris ou ayant pousser le comble de la violence [sic] à siffler la pièce !  

  Tous ces évènements sont de terribles coups portés contre notre Christ-Roi ! Récitons tous ensemble quotidiennement des actes de réparation au Sacré-Coeur de Jésus.

Actes de réparation au Sacré-Coeur de Jésus

    Très doux Jésus, Vous avez répandu sur les hommes les bienfaits de votre charité, et leur ingratitude n'y répond que par l'oubli, le délaissement, le mépris. Nous voici donc prosternés devant votre autel, animés du désir de réparer, par un hommage spécial, leur coupable indifférence et les outrages dont, de toutes parts, ils accablent votre Cœur très aimant.

 Cependant, nous souvenant que nous-mêmes, nous nous sommes, dans le passé, rendus coupables d'une si indigne conduite, et pénétrés d'une profonde douleur, nous implorons d'abord pour nous-mêmes votre miséricorde. Nous sommes prêts à réparer, par une expiation volontaire, les fautes que nous avons commises, tout prêts aussi à expier pour ceux qui, égarés hors de la voie du salut, s'obstinent dans leur infidélité, refusant de Vous suivre, Vous, leur Pasteur et leur Chef, ou, secouant le joug si doux de votre loi, foulent aux pieds les promesses de leur baptême. Nous voudrions expier pour tant de fautes lamentables, réparer pour chacune d'elles : désordre de la conduite, indécence des modes, scandales corrupteurs des âmes innocentes, profanations des dimanches et des fêtes, blasphèmes exécrables contre Vous et contre vos Saints, insultes à votre Vicaire et à vos prêtres, abandon et violations odieusement sacrilèges du divin Sacrement de votre amour, péchés publics enfin des nations qui se révoltent contre les droits et l'autorité de votre Église.

 Que ne pouvons-nous effacer de notre propre sang tant d'offenses ! Du moins, pour réparer votre honneur outragé, nous Vous présentons cette même satisfaction que Vous avez offerte à votre Père sur la Croix et dont Vous renouvelez l'offrande chaque jour, sur l'autel; nous Vous la présentons, accompagnée de toutes les satisfactions de la Très Sainte Vierge votre Mère, des saints, des chrétiens fidèles. Nous Vous promettons de tout notre cœur, autant qu'il dépend de nous et avec le secours de votre grâce, de réparer nos fautes passées, celles de notre prochain, l'indifférence à l'égard d'un si grand amour, par la fermeté de notre foi, la pureté de notre vie, la docilité parfaite aux préceptes de l'Évangile, à celui surtout de la charité. Nous Vous promettons aussi de faire tous nos efforts pour Vous épargner de nouvelles offenses et pour entraîner à votre suite le plus d'âmes possible.

 Agréez, nous Vous en supplions, ô très bon Jésus, par l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie Réparatrice, cet hommage spontané d'expiation; gardez-nous jusqu'à la mort, inébranlablement fidèles à notre devoir et à votre service, accordez-nous ce don précieux de la persévérance qui nous conduise tous enfin à la patrie où avec le Père et le Saint-Esprit, Vous régnez, Dieu, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Interview de M. l'abbé Ricossa

Publié le par Clément LECUYER

http://virgo-maria.info/wordpress/wp-content/uploads/ricossa.jpg  Le journal RIVAROL vient d'interviewer M. l'abbé Ricossa. Avec l'accord de l'hebdomadaire, nous publions cet entretien qui s'avère être riche, intéressant et éclairant pour les catholiques et les personnes de bonne volonté. Au cours de cet entretien, l'abbé Francesco Ricossa précise sa position doctrinale dans l'actuelle "crise de l'Eglise", revient sur la notion d'infaillibilité pontificale et des conséquences qui en découlent, et donne son point de vue sur une actualité religieuses particulièrement chargée avec notamment le Préambule Doctrinal proposé à la FSSPX et les réunions oecuméniques organisées par Benoît XVI.

 Abbé Francesco Ricossa: “Josef Ratzinger est un pur moderniste”

 Lire la suite ICI

ASSISE III et la FSSPX

Publié le par Clément LECUYER

 Le site Résistance-catholique nous ayons 'devancé' dans la publication des dernières actualités concernant Assise et la FSSPX, nous relayons ces deux derniers communiqués :

ASSISE : la FSSPX accréditée par la Salle de Presse du Vatican


Copie d’écran du site de propagande du District de France de la FSSPX

 Alors qu'aujourd'hui se déroule à Assise, le rassemblement de l'antichrist Benoît XVI, une réunion des Communautées Amies de la FSSPX a lieu – sur convocation de Mgr Fellay – en ce moment même à Saint Nicolas du Chardonnet à Paris, pour étudier les propositions de celui qui « appelle les représentants des fausses religions, en tant que tels, à participer à une journée de prière personnelle », selon la perle de l’abbé de Cacqueray dénoncée dans notre précédent message.

  1. Lire le message
  2. Télécharger le message en PDF PDF

Un nouvel outrage de l’abbé de Cacqueray et de la FSSPX envers Notre-Seigneur

Prétendant vouloir réparer le prochain scandale d’Assise organisé par l’antichrist Benoît XVI, l’abbé de Cacqueray, qui n’est plus à une aberration près, impose aux prêtres 1000 messes «  UNA CUM » Benoît XVI !

Peu de temps auparavant, le 12 septembre, il diffusa un article particulièrement effarant par son impiété et ses injures à l’égard de l’enseignement de l’Église.

Abbé de Cacqueray Refusant obstinément d’admettre que l’église Conciliaire ne peut absolument pas être l’Église fondée par Notre Seigneur tout comme Benoît XVI ne peut pas être le chef de l’Église catholique, l’abbé de Cacqueray ainsi que les supérieurs de la FSSPX continuent de nier perfidement le Magistère de l’Église pour pouvoir développer leurs positions impies selon lesquelles un pape peut perdre la foi, offenser le Bon Dieu, humilier l’Église et soutenir des actes blasphématoires !! Pas moins ! De facto, ils flétrissent odieusement l’autorité pontificale et s’opposent injurieusement à la promesse que Notre Seigneur a faite à Saint Pierre et à ses légitimes successeurs de ne point défaillir dans la foi.

Le 4 octobre dernier, l’abbé de Cacqueray a donc appelé les prêtres de la FSSPX à dire 1000 messes « en réparation de la convocation de la célébration de la scandaleuse réunion interreligieuse d’Assise qui aura lieu le 27 octobre prochain et pour obtenir de Dieu que cette réunion n’ait pas lieu ».

Le District de France de la FSSPX a même organisé un Chemin de Croix spécial pour l’occasion, à dire le jour du rassemblement d’Assise.

L’abbé de Cacqueray a demandé en outre que « chaque prieuré du district de France » célèbre « une messe publique de réparation », que « chaque prêtre » célèbre « également une messe de réparation » et a invité « instamment tous les catholiques à entrer dans cet esprit d’expiation, de pénitence et de réparation de ces terribles péchés publics ».

Afin de réparer les blasphèmes perpétrés par celui qu’il continue à désigner comme le « Vicaire du Christ » pour qui il demande aux prêtres et aux fidèles de prier le Bon Dieu et la Très Saint Vierge Marie de lui « redonner la foi » (sic !), l’abbé de Cacqueray exige donc, tambour battant, que soient célébrées 1000 messes « una cum » ce même Benoît XVI qu’il dit, au moment du canon de la Messe, être « notre Pape » (sic !) « fidèle à la foi catholique » !!

  1. Lire le message
  2. Télécharger le message en PDF PDF

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>