Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

30 résultats pour “sédévacantisme

Présentation du sédévacantisme

Publié le par Clément

 Le sédévacantisme vient du latin "sede vacante" qui signifie que le trône de saint Pierre est vacant;  il n'y a plus de pape. En effet, suivre les pseudos "papes" Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI et les reconnaître comme les Vicaires du Christ équivaut pour un catholique à perdre la Foi car ils sont apostats et enseignent une nouvelle religion anti-catholique... Tout ceci sera démontré par des arguments historiques et théologiques.

  La terrible prophétie de Notre Dame de la Salette est entrain de se réaliser sous nos yeux : "L'Eglise sera éclipsée... Rome perdra la Foi et deviendra le siège de l'Antichrist". 

Le côté sédévacantiste de Mgr Lefebvre

Publié le par Clément LECUYER

 Malgré l'impression contraire que beaucoup de traditionalistes peuvent avoir, Monseigneur Marcel Lefebvre a fait beaucoup de déclarations qui tendent au sédévacantisme.

  M. l'Abbé Anthony Cekada, prêtre qui était séminariste à Ecône dans les premiers jours de la Fraternité, et qui connaissait personnellement l’archevêque, fournit une sélection de ces déclarations dans cette vidéo, et présente une perspective historique du sédévacantisme dans la Fraternité.

 Ceci constitue une part importante de l'histoire de Mgr Lefebvre, la FSSPX et le mouvement traditionnel, une part qui a été négligée, voire intentionnellement occultée, et c'est une histoire qui a besoin d'être rappelée.

  M. l'Abbé Cekada discute aussi de True or False Pope (Vrai ou Faux Pape), un nouveau livre contre le sédévacantisme, financé et publié par le séminaire américain de la Fraternité, et hautement loué par Monseigneur Bernard Fellay.

  Les faits présentés dans cette vidéo surprendront les prêtres, séminaristes et soutiens laïcs de la Fraternité, et seront d'un grand intérêt également pour les autres Catholiques traditionnels.

> Source : Etudes antimodernistes, nouveau site tenu par des séminaristes français du séminaire américain de Mgr Sanborn

Au cas où quelques uns auraient eu des doutes...

Publié le par Clément LECUYER

  Dans sa lettre du 17 novembre 2012, Mgr Williamson a réitéré sa critique du "sédévacantisme", réaffirmant être en communion avec Benoît XVI, comme le sont Mgr Fellay (FSSPX) et Mgr Rifan (Campos). Nous remercions Mgr Williamson pour ses éclaircissements, nécessaires pour certains.

 Les catholiques antimodernistes ne peuvent en aucun cas suivre et soutenir ces évêques qui veulent rester unis avec les chefs modernistes, qui sont les pires ennemis de l'Église (dixit saint Pie X).

Réponse aux divagations d’Avrillé

Publié le par Clément LECUYER

 Au printemps 2001, les religieux bien connus du couvent de La Haye-aux-Bonshommes publiaient dans leur revue Le Sel de la terre (n°36) un "Petit Catéchisme du sédévacantisme" signé "Dominicus". Depuis lors, nos bonshommes n’ont cessé de remettre le couvert : nouvelle parution du "Petit Catéchisme" dans leur revue, amorce de controverse avec l’un de leurs contradicteurs (l’Abbé Ricossa), édition sous forme de brochure, complaisamment distribuée à destination du public traditionaliste, et présentée comme la réfutation prétendument savante et définitive du sédévacantisme. Avec le "Petit Catéchisme", les bons lefebvristes sont censés dormir sur leurs deux oreilles. Les bonshommes sont censés avoir terrassé le terrible sédévacantisme. 

 Et pourtant… Ce qui se voulait la réfutation savante et définitive a été elle-même décisivement réfutée par les contributions respectives des Abbés Ricossa (revue Sodalitium, n°52 et n°55, en 2002 et 2003) Zins (revue Sub tuum Praesidium, n°66 et n°112, notamment) ou Grossin. Mais bien entendu, de cela, nos bons lefebvristes n’entendront jamais ou si peu parler, car il faut, on l’a dit, que les bonnes gens puissent dormir sur leurs deux oreilles, ce pourquoi on traitera, comme d’habitude, tout cela par le silence ou par le mépris. Que la vérité et la justice ne trouvent guère leurs droits dans le traitement que lui réservent les faiseurs d’opinion de la planète lefebvriste est tout au mieux le cadet de leurs soucis. Tout ce qui compte, c’est que la supposée piétaille traditionaliste soit tenue bien à l’abri des vérités un peu trop franches sur l’état présent de l’Église par ceux qui sont censés penser pour le bon peuple "tradi".  C’est pourquoi, il n’est pas surprenant de voir ici et là, et notamment lorsque les traditionalistes s’empoignent sur internet, quelques naïfs "de tradition" agiter comme autant de fines lames (croient-ils) les épées en vérité bien émoussées forgées à Avrillé. 

 Telle a été l’occasion de ce texte : répondre à la énième remontée à la surface d’un "Petit Catéchisme" qui ne résiste pas à l’examen, et qui a déjà été maintes fois réfuté.

> Lire-télécharger la Réponse aux divagations d’Avrillé de N. Magne en cliquant ICI

Source : Milites Virginis Mariae

L’argument dit de “résistance” de saint Robert Bellarmin : un mythe traditionaliste

Publié le par Christus.vincit

 Par M. l’abbé Anthony Cekada

http://www.sspx.ca/Communicantes/Dec2004/images/bellarmine.jpg  Depuis les années 1970, d’innombrables auteurs traditionalistes, qui ont rejeté les enseignements de Vatican II et la nouvelle messe mais qui s’opposent au "sédévacantisme", ont justifié leur propre position en ressortant sans aucun fondement la citation suivante tirée de saint Robert Bellarmin :

  Tout comme il est licite de résister à un Pontife qui attaque le corps, il est tout aussi licite de résister au Pontife qui attaque les âmes ou détruit l’ordre civil ou, à plus forte raison, essaie de détruire l’Église. Je dis qu’il est licite de lui résister en ne faisant pas ce qu’il ordonne de faire et en empêchant l’exécution de sa volonté. Il n’est pas licite, cependant, de le juger, de le punir, ou de le déposer, parce que ce sont là des actes relevant d’un supérieur. ”

  Ce passage, nous a-t-on dit et redit, soutient l’idée que le mouvement traditionaliste peut “refuser” les fausses doctrines, les lois nuisibles et la liturgie sacrilège que Paul VI et ses successeurs ont promulguées, tout en continuant à les “reconnaître” comme vrais Vicaires du Christ. (Cette idée étrange est aussi attribuée à d’autres théologiens comme Cajetan).

  La même citation de Bellarmin – nous a-t-on dit aussi – démonte le principe qui sous-tend le sédévacantisme (d’après lequel un pape hérétique perd automatiquement sa charge) parce que les sédévacantistes “jugent” et “déposent” le pape.

  En fait, ces conclusions montrent – une fois de plus – comment le peu de rigueur intellectuelle dont font preuve les traditionalistes dans leurs polémiques donne naissance à des mythes qui acquièrent rapidement l’aura des vérités quasi-révélées.

  Quiconque consulte réellement les sources originales et connaît un peu les distinctions fondamentales du droit canon en vient à un ensemble de conclusions complètement différentes quant au sens de ce fameux passage sur la “résistance”, à savoir :

1) Bellarmin parle ici d’un pape moralement mauvais qui donne des ordres moralement mauvais – et non pas d’un pape qui, comme les papes de Vatican II, enseigne l’erreur doctrinale ou impose des lois nuisibles.

2) Le contexte du passage cité est différent : il s’agit là du débat sur les erreurs du gallicanisme, et non pas du cas d’un pape hérétique.

3) Bellarmin justifie ici la “résistance” de la part de rois et de prélats, non pas de chaque catholique en particulier.

4) Bellarmin enseigne dans le chapitre suivant de son ouvrage (30) qu’un pape hérétique perd automatiquement son autorité.

  En un mot, ce passage ne peut ni être appliqué à la crise actuelle ni être invoqué contre le sédévacantisme.

  Ici s’impose un bref commentaire sur chacun de ces quatre points :


1. Des ordres mauvais, et non des lois
2. Anti-gallicanisme
3. Une “résistance” qui ne concerne pas chaque individu
4. Bellarmin et le cas du pape hérétique


Lire l'article en entier
Télécharger en PDF

Le silence honteux de la Porte-Latine

Publié le par Clément

 

 Comme nous vous l'avions annoncé, âgé de 96 ans, M. l'abbé Sockeel est décédé la semaine dernière ; ses obsèques ont eu lieu ce matin au Trêvoux.  Or, le site de la FSSPX, la Porte Latine, qui publie d'habitude les décès des prêtres afin de demander à ses lecteurs de prier pour le repos de leur âme,  se compromet dans un silence choquant, en refusant d'annoncer le décès de ce vaillant et courageux prêtre. Nous ne pouvons pas laisser passer ce fait scandaleux !


 L'abbé Sockeel semble payer cher son non una cum aux modernistes occupant le Vatican, et son soutien aux deux soeurs franciscaines et à l'abbé Grossin, mis à la porte pour cause de sédévacantisme en 2000.


 Nous ajoutons qu'en dépit de nos oppositions doctrinales avec la FSSPX, nous n'avions évidemment pas hésité à demander sur notre site de prier pour l'abbé Bonneterre, lors de son accident mortel en septembre 2009.

 


Il y a 10 ans était rappelé à Dieu le Révérend Père VINSON

Publié le par Christus.vincit

Rappel à Dieu du Révérend Père Georges VINSON (1915 – 1999)


Le 8 juillet 1999, s'éteignait dans sa 84ème année, le Révérend Père VINSON, fondateur de la communauté des Soeurs du Christ-Roi.

  Fervent catholique, c'est avec beaucoup d'énergie que le Père Vinson combattit tout au long de sa vie pour la vérité, pour la fidélité à la doctine.  Il est à l'origine de la Simple Lettre (publication ayant lieu tous les deux mois traitant de différents thèmes tels que la crise de l'Eglise, l'éducation...). Il fonda une communauté de religieuses, les Soeurs du Christ-Roi (Maison Saint Joseph). Les Soeurs du Christ-Roi s'occupent de deux écoles, une pour filles et une autre pour garçons. Le Père Vinson prêcha de nombreuses retraites. Il s'est toujours opposé au modernisme et refusa de reconnaître le Chef de l'église moderniste comme Pape. Il n'eu pas peur de proclamer haut et fort son "sédévacantisme".

Prions pour lui !



Publié dans Divers

Ubi sunt caritas et amor ? Notre réponse à Catholicapedia

Publié le par Clément LECUYER


"Là où sont la charité et l'amour, Dieu est présent.  Ne formmorteons donc tous qu'un seul corps :  Ne soyons pas divisés de cœur, prenons garde.  Cessent les querelles méchantes, cessent les disputes.  Et que le Christ soit au milieu de nous."
(Hymne Ubi Caritas) 

 Suite à notre article "Quand certains catholiques non una cum se trompent de combat", le site Catholicapedia- dont l'esprit est condamné1 par l'ensemble des prêtres et évêques sérieux non una cum - nous a répondu, semble-t-il dans la précipitation, en quelques heures.

 Nous avons hésité à publier cette présente réplique car nous pensons qu'il est inutile de donner de l'importance à des gens persistant dans leurs amalgames et contre-vérités confuses. C'est pourquoi cet article sera le dernier traitant de cette question.

 Après nous être publiquement désolidarisé du site Catholicapedia il y a quelques mois, nous voulons montrer, une fois pour toutes, que Catholicapedia se trompe de combat et entretient  la confusion

 Dans une longue prose, Pierre Legrand nous accuse de corrompre la notion de charité et en vient à affirmer que tenants de la Thèse de Cassiciacum et ceux préférant le "sédévacantisme complet" n'ont pas la même foi ! Ne voulant pas comprendre ce qui est pourtant simple et évident, l'auteur de l'article refuse d'admettre la réalité. Sa mise au point sur la charité chrétienne et son rappel du combat antilibéral sont hors sujet et ne viennent donc aucunement réfuter notre mise au point. En effet, nous sommes entièrement d'accord sur le fait que ce précepte de charité "ne vaut que si les croyants sont “unis dans la foi” c’est à dire dans une foi rigoureusement identique dont les fruits naturels sont la patience, l’entraide et …la charité !". Ceci est l'enseignement de l'Eglise que nous faisons bien évidemment nôtre :

"C'est pourquoi, puisque la charité a pour fondement une foi intègre et sincère, c'est l'unité de foi qui doit être le lien principal unissant les disciples du Christ." (Pie XI, Mortalium Animos 06/01/1928)

 Pierre Legrand affirme donc que nos "réprimandes" contre l'attitude belliqueuse de certains fidèles - ayant le champ libre sur Catholicapedia pour déverser leurs paroles méprisantes et agressives au moyen des commentaires - n'ont pas lieu d'être puisque selon lui, "sédévacantistes complets" et tenants de la Thèse... n'ont pas la même foi ! Une telle accusation gratuite est d'autant plus scandaleuse qu'elle n'est aucunement argumentée et démontrée.

 Dans le dossier PDF qui suit, nous revenons donc une dernière fois sur ce sujet :

1. Pour Catholicapedia, les sédévacantistes complets et les tenants de la Thèse n'ont pas la même foi : absolument FAUX !
2. Les désaccords entre les deux positions portent sur des points secondaires

3. Quelle est notre position ? Sédévacantisme complet ou Thèse de Cassiciacum ?
4. Quand "Pierre Legrand" mélange tout

 Nous invitons l'administrateur de Catholicapedia à changer son point de vue, à se désolidariser des esprits belliqueux et d'agir en vue d'une unité apaisée entre catholiques "sédévacantistes" car, comme nous pouvons le lire dans le magnifique hymne Ubi Caritas, "l'amour du Christ nous a rassemblés et nous sommes un".

 Télécharger/Lire notre dossier

      1 Nous pouvons penser aux condamnations explicites contre l'ancien site « Virgo-Maria », dont le flambeau a été repris, hélas, par Catholicapedia. Les abbés CEKADA, GROSSIN (soutenant la position dite du sédévacantisme complet), BELMONT (Thèse) ne sont pas allés de main mort ; de nombreux autres prêtres remettent en cause cet esprit, tels les abbés SIEGEL, ROMERO, GUEPIN... et évidemment l'Institut Mater Boni Consilii. Les évêques SANBORN, DOLAN dénoncent également ce faux combat. Récemment venu en France, Mgr MORELLO a fait part de sa désapprobation de ce genre de disputes entre catholiques non una cum. 

> Abbé Cekada : Sa désapprobation publique
> Abbé Grossin : Pas un centime pour Virgo-Maria

> Abbé Belmont : Pour qui donc roule le site Margo-Varia

Traduction française de l'hymne Ubi Caritas  :

L'amour du Christ nous a rassemblés et nous sommes un.
Exultons et réjouissons-nous en lui.
Craignons et aimons le Dieu vivant
et aimons-nous les un les autres d'un cœur sincère.

Là où sont la charité et l'amour, Dieu est présent.
Ne formons donc tous qu'un seul corps :
Ne soyons pas divisés de cœur, prenons garde.
Cessent les querelles méchantes, cessent les disputes.
Et que le Christ soit au milieu de nous.

Là où sont la charité et l'amour, Dieu est présent.
Qu'avec les bienheureux, nous voyions
Votre glorieux visage, ô Christ Dieu,
Joie immense et divine;
Pendant la durée infinie des siècles.
Ainsi soit-il.

Décès du Père Martin STEPANICH

Publié le par Clément LECUYER

http://www.enaos.net/Commun/Images/Icones/Thumb-Croix2.gif
Requiem æternam dona eis, Domine, et lux perpetua luceat eis 


 Âge de 97 ans et après 70 ans de prêtrise fidèle à l'enseignement de l'Eglise et à la sainte messe, est décédé le 18 novembre 2012 le Père Martin STEPANICH, OFM.

 perefranciscain.jpgNé en 1915, ordonné le 18 mai 1941, ce Père franciscain américain a constamment dénoncé les erreurs du Concile Vatican II, a rejeté le nouveau missel et a refusé de reconnaître l'autorité des nouveaux occupants du Siège Apostolique. Ancien professeur de théologie dans un séminaire franciscain, il était titulaire d'un doctorat en théologie sacrée. Il est à souligner que le Père Martin Stepanich a rendu son âme à Dieu le jour de la la fête de la Dédicace des Basiliques de Saint Pierre et Saint Paul alors qu'il a toujours défendu la vérité selon laquelle la papauté ne peut jamais être entachée d'une quelconque  trace d'erreur, tout comme elle ne peut pas être l'instrument de blasphème, de sacrilège et d'apostasie.  

 Les publications de ce Père mériteraient d'être connues et publiées en France. C'est avec fougue qu'il a défendu la position du sédévacantisme.

  Que par la miséricorde de Dieu,  son âme repose en paix !

Présentation du sédévacantisme

Publié le par Clément LECUYER

   Depuis la déferlante du Conciliabule1 Vatican II, ceux qui occupent le Vatican professent publiquement l'hérésie : modernisme, liberté religieus e, œcuménisme, culte de l'homme, libéralisme, etc. De nombreuses interrogations se sont donc levées. L'Eglise moderniste, qui a vu le jour suite à Vatican II, est-elle l'Eglise Une, sainte, catholique et apostolique fondée par Notre Seigneur ? (Jean XXIII), Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI sont-ils les Vicaires du Christ ? Peut-on accepter les réformes doctrinales et liturgiques  modernistes engagées après la mort du Pape Pie XII ? Deux positions au sein de ce que on appelle la Tradition existent : le "sédévacantisme" (à laquelle nous adhérons) et celle défendue par la Fraternité Saint Pie X.

http://www.newadvent.org/images/03551eax.jpg

- Le 'sédévacantisme' Venant du latin "sede vacante", il s'agit de la position catholique qui soutient  que depuis le Conciliabule Vatican II, le Siège apostolique est vacant ; en d'autres termes, cela revient à dire qu'il n'y a plus de Pape. En effet, il n'est pas possible de suivre les pseudos 'papes' Jean XXIII, Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI et de les reconnaître comme étant les Vicaires du Christ. Suite à Vatican II, d'imminents religieux et théologiens ont rapidement conclu que le Siège de Pierre était vacant de Pape et que l'Eglise catholique était infiltrée jusque dans sa plus haute instance. Nous pouvons penser au départ notamment aux Pères Saenz y Ariaga, Carmona, Zamora pour le Mexique, aux Pères Barbara, Guerard des Lauriers, à l'abbé Coache pour la France et à l'archevêque Mgr Ngô Dinh Thuc malgré ses erreurs et ses dérives.  Même s'il ne l'a jamais déclaré publiquement,  Mgr Castro Mayer adhéra au sédévacantisme, du moins à partir de 1988.

  Avant d'aller plus loin et de la démontrer, il est utile de préciser que cette situation unique dans l'histoire de l'Eglise a été annoncée. Depuis son fondement, la Sainte Église catholique a toujours eu de nombreux ennemis et a du subir beaucoup d'attaques diverses tout au long de l'histoire. Son principal ennemi, le plus acharné, est la franc-maçonnerie, réseau d'ailleurs étroitement lié au judaïsme. Or, le but de la franc-maçonnerie a toujours été de détruire l'Eglise. Pour arriver à ses fins, elle a mis en place une tactique extrêmement efficace : infiltrer petit à petit l'Eglise. C'est ce qui s'est produit tout au long du XIX° et XX° siècle, malgré les mises en garde des Papes et de différents religieux.

-  Notre Seigneur nous a prévenu à plusieurs reprises dans l'Evangile:

"L'abomination de la désolation régnera dans le lieu saint" (Matthieu 24, 15) 

"Quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre?"  (Luc 18,8)

- A la Salette (1846), la Très Sainte Vierge Marie est descendue sur terre spécialement pour nous avertir des tribulations que l'Eglise devra subir : "Rome perdra la Foi... l'Eglise sera éclipsée..."

- Léon XIII, dans une vision, prédit notre situation :

"L'Eglise, épouse de l'Agneau Immaculé, la voici saturée d'amertume et abreuvée de poison, par des ennemis très rusés ; ils ont porté leurs mains impies sur tout ce qu'elle désire de plus sacré. Là où fut institué le siège du bienheureux Pierre, et la chaire de la Vérité, là ils ont posé le trône de leur abomination dans l'impiété ; en sorte que le pasteur étant frappé, le troupeau puisse être dispersé." (cité dans l'exorcisme de Léon XIII)

 Enfin, ses successeurs jusqu'à Pie XII , ont dénoncé et tenté d'empêcher l'infiltration dans l'Eglise catholique.

"Ils [les modernistes] se cachent et c’est un sujet d’appréhension et d’angoisse très vives, dans le sein même et au cœur de l’Église, ennemis d’autant plus redoutables qu’ils le sont moins ouvertement. [...] Ennemis de l’Église, certes ils le sont, et à dire qu’elle n’en a pas de pires on ne s’écarte pas du vrai. Ce n’est pas du dehors, en effet, on l’a déjà noté, c’est du dedans qu’ils trament sa ruine ; le danger est aujourd’hui presque aux entrailles mêmes et aux veines de l’Église : leurs coups sont d’autant plus sûrs qu’ils savent mieux où la frapper." (Saint Pie X - Pascendi - 1917)

 

 Arguments

 Le "sédévacantisme" est basé sur deux raisonnements qui ne peuvent pas être remis en question :

1. L'infaillibilité pontificale

- Majeure :  Depuis Vatican II, ceux qui nous sont présentés comme Papes enseignent publiquement l'hérésie et s'opposent aux fondements de la religion catholique.

- Mineure : Or, un Pape ne peut pas dévier de la foi. Ceci un dogme de foi enseigné par Notre Seigneur et bien évidemment par les Papes et l'ensemble des docteurs de l'Eglise.

- Conclusion : Par conséquent, Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI ne peuvent pas êtres des Papes de l'Eglise catholique.

> Plus de précisions ICI  

2.  La soumission des fidèles catholiques au Pape

- Majeure : La foi nous commande de rejeter l'enseignement, les réformes et les hérésies des "papes" conciliaires. 

- Mineure : Or, il est nécessaire et obligatoire de la part d'un fidèle catholique d'obéir et d'être soumis au Pape quand ce dernier est dans son domaine. Ceci est de foi divine et catholique.

- Conclusion : il est donc absolument certain que les "papes" de Vatican II sont démunis de l'Autorité Pontificale qu'ils devraient posséder.

 > Plus de précisions ICI

 Ainsi, et pour d'autres raisons, toutes les réformes modernistes sont nulles et invalides puisque promulguées par des individus n'ayant aucune autorité légitime. 

 Nous pouvons aussi proposer d'autres arguments qui viennent aboutir à la même conclusion incontestable, tout comme la bulle Cum ex Apostolatus du Pape Paul IV. Voici ce qu'elle énonce : "S'il apparaissait (...) qu'un Souverain Pontife lui-même, avant sa promotion et élévation au cardinalat ou au souverain pontificat, déviant de la foi Catholique est tombé en quelque hérésie, sa promotion ou élévation, même si elle a eu lieu dans la concorde et avec l'assentiment unanime de tous les Cardinaux, est nulle, sans valeur, non avenue." En effet, comment celui qui n'est pas membre de l'Église catholique pourrait en même temps en être la tête ?

 Pour être précis et complet, nous n'oublierons pas de citer la position de l'Institut Mater Boni Consilii2 qui reprend la Thèse exposée par Mgr Guerard des Lauriers :

  "Paul VI et ses successeurs, bien que canoniquement élus au Pontificat, ne possèdent pas l’autorité pontificale ;  Ils sont “papes” materialiter mais pas formaliter, pour la raison que, ne poursuivant pas le bien de l’Eglise et enseignant l’erreur et l’hérésie, s’ils ne rétractent pas d’abord leurs propres erreurs, ils ne peuvent en aucune façon recevoir de Jésus-Christ l’autorité pour gouverner, enseigner et sanctifier l’Eglise." (http://www.sodalitium.eu/index.php?pid=17)

  L'Institut Mater Boni Consilii aboutit à la même conclusion que les sédévacantistes complets : Paul VI et ses successeurs ne professent pas la religion catholique donc ne sont pas de vrais Papes.    

 

A noter que le terme sédévacantisme est utilisé uniquement pour question pratique d'identification car nous sommes catholiques, rien que catholiques.  Par conséquent, nous refusons d'être en union avec cette nouvelle Eglise moderniste et avec ses dirigeants. C'est pourquoi les prêtres "sédévacantistes" célèbrent actuellement les messes non una cum Benoît XVI. 

 

- Celle tenue par la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X (FSSPX)   : Fondée en 1971 par Mgr Lefebvre, il s'agit d'une société composée aujourd'hui de quatre évêques et d'environ 500 prêtres qui n'adhèrent pas aux hérésies de Vatican II et qui restent fidèles à la Sainte Messe dite de Saint Pie V. Cependant, la FSSPX, rejetant le dogme de l'infaillibilité pontificale, refuse d'admettre la vacance du Saint-Siège, et fait de l'adhésion aux thèses "sédévacantistes" un motif d'exclusion. Pour elle, il faut reconnaître l’autorité du 'pape' régnant, sans pour autant lui obéir en tout et a fortiori le suivre dans ses erreurs supposées.

 Cette "politique" porte en elle une grave contradiction interne :

   "La FSSPX s'est opposée à l’apostasie conciliaire non pas avec une réponse vraiment catholique mais plutôt avec la réponse du jugement privé par lequel les doctrines, les décrets et les disciplines universelles de ce qu’ils pensent être l’Eglise sont sujets à leurs avis privés." (Mgr Dolan)

 Cette position est condamnée par L'Eglise :

- Boniface VIII : "Nous déclarons, disons et définissons qu'il est absolument nécessaire au salut, pour toute créature humaine, d'être soumise au pontife romain."

- Pie IX : "Tous ceux qui résistent obstinément aux Prélats légitimes de l’Eglise, spécialement au Souverain Pontife de tous, et refusent d’exécuter leurs ordres, ne reconnaissant pas leur dignité, ont toujours été reconnus comme schismatiques par l’Eglise catholique."

 Notre souhait le plus profond est que cette terrible crise de l'Eglise prenne fin et que notre sainte Mère l'Eglise retrouve un Pape, une hiérarchie catholique et resplendisse de nouveau sur les nations de la Terre entière.

__________

Notes :

1  Conciliabule : faux Concile car non catholique. Le "concile" Vatican II ne peut pas être un concile de l'Eglise catholique puisqu'il a promulgué des hérésies ce qui est contraire à la sainteté de l'Eglise. 

2  Il s'agit d'une association de prêtres et d'un évêque (Mgr Stuyver) catholiques qui ne reconnaissent pas Paul VI et ses successeurs comme Papes. Les sédévacantistes complets ne sont pas vraiment d'accord avec une partie de la Thèse de Cassiacum sur laquelle se base l'Institut MBC. Cependant, les plus sérieux et logiques ont compris que ce désaccord théologique n'avait pas d'importance et qu'il était inutile et néfaste de se diviser sur une telle question.  

1 2 3 > >>