Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La FSSPX ne rejette pas le Préambule Doctrinal !

Publié le par Clément LECUYER

F  Mgr Fellay aurait envoyé une seconde réponse à Rome, la première ayant été considérée comme étant trop générale et consistant surtout en une documentation. Cette nouvelle réponse, plus appropriée, a été considérée par Rome comme "un pas en avant". Le sujet sera évoqué lors de l’assemblée plénière de la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui aura lieu du 24 au 27 janvier 2012. Cette réponse n'est ni un oui ni un non définitif au préambule doctrinal, mais en accepte certaines parties et émet des réserves sur d'autres, en demandant des éclaircissements et des ajouts.

  Source : Michel Janva

17 janvier 1871 : Notre Dame apparaît à Pontmain

Publié le par Clément LECUYER

  Il y a 141 ans, l'Immaculée Conception apparaissait à Pontmain. En effet, c'est au soir du 17 janvier 1871 que Notre Dame est apparue à des enfants.

http://lusile17.l.u.pic.centerblog.net/iq8ufwhv.jpg

Un temps de guerre et de misère

C’est en plein hiver et en pleine guerre que la Vierge Marie a visité son peuple plongé dans l’angoisse. Paris est assiégé, les Prussiens sont aux portes de Laval. Parmi les soldats français, c’est le désordre et la panique. Sur une population de cinq cents habitants, la paroisse de Pontmain a vu partir trente-huit jeunes appelés sous les drapeaux. Aux misères de la guerre s’ajoute une épidémie de fièvre typhoïde et de variole. Tout va mal. Au milieu de ce péril national, la France se met en prière. Les habitants de Pontmain n’ont aucune nouvelle de leurs jeunes soldats. Découragés, les paroissiens de Pontmain ne manquent pas de dire : «  On a beau prier, le Bon Dieu ne nous écoute pas ». Le 15 janvier 1871, à l’église, le curé avait entonné le cantique : « Mère de l’Espérance dont le nom est si doux, protégez notre France, priez, priez pour nous. » S’étant trouvé seul à chanter, le curé se retourna et exhorta ses paroissiens. Ces derniers finirent par chanter, mais en pleurant.

L'Apparition

Eugène Barbedette qui aidait son père, sort un moment de la grange pour voir le temps qu’il fait. Il contemple le ciel et voit un nombre incalculable d’étoiles alors qu’il n’est que 5 heures. Soudain, à sept ou huit mètres au-dessus de la maison d’un voisin, il aperçoit une Dame d’une beauté ravissante. Elle était vêtue d’une robe constellée d’étoiles d’or. Elle le regarde en souriant. « Qu’c’est beau ! », dira-t-il. Un ovale bleu avec quatre bougies entoure la belle Dame. Un voile de deuil encadre son visage fin et jeune. Elle porte une couronne d’or marquée d’un liseré rouge. Elle sourit. Eugène est captivé et émerveillé par le tendre regard de cette Dame qui le regarde en silence. Les villageois accourent. Le curé averti sort aussitôt du presbytère. Tout ému, il voit la Vierge. ( Il la décrivit de la même manière que l’avaient fait les autres voyants). Une veillée de prières s’organise vite. Tout à coup une banderole se déroule dans le ciel. Lettre après lettre, un message s’inscrit pendant que la foule chante les litanies de la Vierge : 

"Mais, priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher."

  Les villageois manifestent leur joie et la ferveur grandit. Mais bientôt le visage de Marie semble empreint d’une profonde tristesse. Elle montre Jésus ; une croix rouge apparaît avec Jésus tout sanglant. De ses deux mains, la Vierge Marie présente le crucifix aux enfants ; elle ne regardait plus l’assistance, mais elle abaissait ses yeux pour les fixer pleins de douleur, sur le Christ ensanglanté, tandis qu’une petite étoile allume les quatre bougies de l’ovale. Les gens continuent de prier ; on chante Ave Maris Stella. La croix finit par disparaître et Marie reprend l’attitude du début avec un geste de l’accueil. Tout le monde s’agenouille dans la neige pour poursuivre la prière. Bientôt un grand voile blanc apparaît et recouvre la Vierge entièrement.  "Tout est fini"  disent les enfants. Les gens du village retournent chez eux apaisés. Le saint curé rentre au presbytère tout ému et tout à fait convaincu de l’authenticité de l’Apparition de la Vierge Marie.

  La nouvelle se répandit très vite dans toute la contrée comme dans toute la France. L’armistice sera signé onze jours plus tard  et les allemands ne sont pas entrés à Laval !  Les trente-huit soldats mobilisés dans la paroisse de Pontmain reviennent tous indemnes.

Reconnaissance de l’évêque de Laval 

 Des grâces de toutes sortes seront obtenues à Pontmain. Après une enquête et un procès canonique, l’évêque de Laval déclare le 2 février 1872 :  "Nous jugeons que l’Immaculée Vierge Marie, Mère de Dieu, a véritablement apparu le 17 janvier 1871, à Eugène et Joseph Barbedette, Françoise Richer et Jeanne-Marie Lebossé dans le hameau de Pontmain."

Source : www.marypages.com/PontmainFr.htm
 

Mère de l'espérance

Mère de l'Espérance,
Dont le nom est si doux,
Protégez notre France,
Priez, priez pour nous,
Protégez notre France,
Priez, priez pour nous.


Souvenez-vous Marie
Qu'un de nos souverains
Remit notre patrie
En vos augustes mains.

La France toute entière
A redit ses serments,
Vous êtes notre Mère,
Nous sommes vos enfants.

Au chemin de la gloire
Conduisez nos soldats ;
Donnez-leur la victoire
Au jour des saints combats.

Gardez la foi chrétienne
Dans l'âme de l'enfant,
Pour que Jésus devienne
Le Roi du peuple franc.

Publié dans Spiritualité

Sainte année 2012 !

Publié le par Clément LECUYER

  Chers lecteurs,

 En ce premier jour de l'année 2012, pleurons de véritables larmes de repentir ! Faibles Pécheurs, nous avons offensé à de multiples reprises notre Père céleste pendant ces 12 précédents mois. Unissons-nous à notre sainte Mère qui pleure nos péchés.

 Mais soyons aussi dans la joie et remercions notre Père très miséricordieux qui nous accorde une année, une autre année pour nous convertir profondément, pour changer notre vie, pour nous sanctifier et pour défendre la sainte et infaillible doctrine de l'Eglise catholique si attaquée aujourd'hui !

  Et remercions-Le, louons-Le grandement pour les multiples grâces déjà reçues et pour toutes celles qu'Il nous a préparées de toute éternité.

Prière :
 

Ô divin Enfant, qui avez voulu souffrir dans votre chair innocente, je vous offre ma santé, mes forces, ma vie, pour être consumées à votre service. Faites, ô bon Maître, que je passe sans péché l'année qui commence et qu'elle soit une année sainte, une année de grâces et de mérites. Je la consacre à votre sainte enfance et vous en offre les prémices. Bénissez-moi, ô bon Jésus ! et rendez mes résolutions efficaces.

Nous vous souhaitons à tous une  SAINTE NOUVELLE ANNEE et nous vous assurons de nos prières pour que cette année 2012 nous voit tous progresser grandement sur la voie de la Sanctification ! Tout pour Dieu ! 

Publié dans Annonces

27 novembre : Notre Dame de la médaille miraculeuse

Publié le par Clément LECUYER

http://3.bp.blogspot.com/_TcZrBkKh0sI/SxAqzWoPE5I/AAAAAAAAByA/ecEm0C_cHSg/s1600/medaillemiraculeuse.jpg

   Le 27 novembre 1830, la Très Sainte Vierge apparut à Ste Catherine Labouré. Celle-ci vit autour de la Très Sainte Vierge un cadre ovale dans lequel était écrit en lettres d'or: "Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous."

Ste Catherine entendit alors une voix qui lui dit :

"Faites frapper une médaille sur ce modèle; les personnes qui la porteront au cou recevront de grandes grâces; les grâces seront abondantes pour les personnes qui la porteront avec confiance."

  http://tfp-france.org/wp-content/uploads/2009/09/Medaille-recto1.gif Tout à coup, il sembla à Ste Catherine que le tableau se retournait et elle vit sur le revers la lettre M surmontée d'une petite croix et sous le M, les Sacrés Coeurs de Jésus et de Marie.

Deux ans après, la médaille fut frappée avec l'approbation de Mgr De Quelen, Archevêque de Paris. Sa diffusion fut accompagnée de guérisons nombreuses et de conversions retentissantes.

La médaille connut immédiatement une diffusion prodigieuse. D'innombrables grâces de conversion, de protection et de guérison furent obtenues.

Devant tous ces faits extraordinaires, l'Archevêque de Paris, Mgr de QUELEN ordonna une enquête officielle sur l'origine et les effets de la Médaille de la rue du Bac. En voici la conclusion:

"La rapidité extraordinaire avec laquelle cette médaille s'est propagée, le nombre prodigieux de médailles qui ont été frappées et répandues, les bienfaits étonnants et les Grâces singulières que la confiance des fidèles a obtenus, paraissent vraiment les signes par lesquels le Ciel a voulu confirmer la réalité des apparitions, la vérité du récit de la voyante et la diffusion de la médaille."

 À Rome même, en 1846, à la suite de la conversion retentissante du juif Alphonse Ratisbonne, le Pape Grégoire XVI confirmait de toute son autorité les conclusions de l'Archevêque de Paris.

 Si donc vous aimez la Vierge et si vous avez confiance en sa puissante intercession:

  • Portez toujours sur vous la médaille pour vivre dans la grâce de Dieu et jouir de la protection de la Vierge Immaculée;
  • Dites chaque jour l'invocation de la Médaille. La Vierge a voulu être ainsi saluée et invoquée: "Ô Marie conçue sans péché? priez pour nous qui avons recours à vous"
  • Propagez autour de vous la Médaille; donnez-la particulièrement aux malades et aux affligés.

 Sainte Catherine Labouré a passé toute sa vie au service des pauvres vieillards, à l'Hospice d'Enghien (77, rue de Neuilly, à Paris), où elle est morte en odeur de sainteté le 31 décembre 1876.

 Elle a été béatifiée le 28 mai 1933 et canonisée le 27 juillet 1947.

  • L'invocation de la Médaille: "Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous" partout diffusée par la Médaille Miraculeuse, a suscité l'immense mouvement de foi qui a porté le Pape Pie IX à définir, en 1854, le dogme de l'Immaculée Conception. Quatre ans plus tard, l'apparition de Massabielle (Lourdes) confirmait cette définition romaine d'une manière inattendue.
  • De même que Lourdes est une source intarissable de Grâces, la Médaille Miraculeuse est toujours l'instrument de l'inlassable bonté de Notre-Dame pour tous les pêcheurs et tous les malheurs de la terre.

Prière à Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse :

  Ô Vierge Immaculée, qui avez voulu apparaître tant de fois sur notre terre et nous avez donné la Médaille Miraculeuse, nous Vous saluons et nous Vous reconnaissons pour notre Reine.
 Sous le signe de votre sainte Médaille, nous sommes à Vous et voulons être à Vous. Qu'elle soit toujours à nos yeux et à nos coeurs le gage de votre amour et le rappel de nos devoirs envers Vous.
 Ô Mère de nos âmes, aidez-nous à fuir tout péché et à vivre fidèlement dans la grâce de Votre Fils.
 Ô Mère de toutes les âmes, aidez-nous à être apôtres et à sauver nos frères pour qui Jésus est mort en croix.
 Ô Mère de toutes les grâces, donnez à notre pays les religieuses et les prêtres dont il a tant besoin.
 Reine du ciel, qui êtes venue au monde sans aucun péché, obtenez-nous de quitter ainsi cette terre pour monter vers Vous, dans le beau royaume de Votre Fils.

> Pour en savoir plus sur la médaille miraculeuse, cliquer ICI

Publié dans Spiritualité

Mgr Tissier de Mallerais et le magistère de l'Eglise

Publié le par Clément LECUYER

Alors que ça et là, nombreux sont ceux qui nous accusent, à tort, de juger le Pape, il apparaît une nouvelle fois que ces mêmes personnes prétendent encore et toujours juger le Magistère. Cet état d'esprit, condamné et réfuté à de nombreuses reprises par l'Eglise, relève du luthérianisme :
"Samedi 12 novembre, en la fête de tous les saints de l'Ordre Dominicain, Mgr Tissier de Mallerais a conféré le sous-diaconat à trois frères dominicains du couvent de la Haye-aux-Bonshommes.
Dans son homélie, le prélat a exhorté les nouveaux sous-diacres à montrer l'exemple d'une vie sainte, et à être des sentinelles dans l'Église, en gardant la pureté de la foi à une heure où les ténèbres ont envahi le Magistère de l'Église." (Source : La Porte Latine)

 Comme nous l'a écrit un lecteur que nous remercions, comment le Magistère de l'Eglise catholique - premier pouvoir que l’Église a reçu de Notre-Seigneur Jésus-Christ : le pouvoir d’enseigner -  pourrait-il être assombri par les ténèbres ? s'il est bien le Magistère, c'est bien lui qui nous éclaire en vertu de la Parole de Notre Seigneur Lui même : "Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre; allez donc enseignez toutes les nations" (St Matthieu, XXVIII, 16-20)"J'ai prié pour toi, afin qu'etant confirmé dans la Foi tu confirmes tes frères!" (St Luc, XXII, 31-34), "Celui qui vous écoute, m’écoute ; celui qui vous rejette, me rejette et celui qui me rejette" (St Luc, X, 13-16).

- Léon XIII : "Jésus-Christ a institué dans l’Église un magistère vivant, authentique et, de plus, perpétuel, qu’il a investi de sa propre autorité, revêtu de l’esprit de vérité, confirmé par des miracles ; et il a voulu et très sévèrement ordonné que les enseignements doctrinaux de ce magistère fussent reçus comme les siens propres." (Encyclique Satis Cognitum)

- Pie XI : « Le magistère de l'Eglise,établi ici bas selon le plan de Dieu pour conserver perpétuellement intact le dépôt des vérités révélées et pour en assurer la transmission aux hommes, est exercé chaque jour par le pontife Romain...». (Encyclique Mortalium animos)

- Pie XII : « Suivant l’exemple de saint Thomas d’Aquin et des membres éminents de l’Ordre dominicain, qui brillèrent par leur piété et la sainteté de leur vie, dès que se fait entendre la voix du Magistère de l’Église, tant ordinaire qu’extraordinaire, recueillez-la, cette voix, d’une oreille attentive et d’un esprit docile [...] Et il ne vous faut pas seulement donner votre adhésion exacte et prompte aux règles et décrets du Magistère sacré qui se rapportent aux vérités divinement révélées – car l’Église catholique et elle seule, Épouse du Christ, est la gardienne fidèle de ce dépôt sacré et son interprète infaillible ; mais l’on doit recevoir aussi dans une humble soumission d’esprit les enseignements ayant trait aux questions de l’ordre naturel et humain ; car il y a là aussi, pour ceux qui font profession de foi catholique et – c’est évident – surtout les théologiens et les philosophes, des vérités qu’ils doivent estimer grandement, lorsque, du moins, ces éléments d’un ordre inférieur sont proposés comme connexes et unis aux vérités de la foi chrétienne et à la fin surnaturelle de l’homme. » (Aux professeurs et élèves de l’Angelicum, 14 janvier 1958)

 Ce n'est pas la première fois que Mgr Tissier prêche d'aussi graves erreurs sur l'Eglise, afin de justifier les aberrations doctrinales de la FSSPX. Mgr Tissier n'a-t-il pas signé en 2004, tout comme ses trois confrères, ces propos objectivement hérétiques :

"L’Église catholique n’agit plus en phare de la vérité qui illumine les cœurs et dissipe l’erreur, mais plonge l’humanité dans la brume de l’indifférentisme religieux, et bientôt dans les ténèbres de l’apostasie silencieuse"  (p. 33 de l’opuscule, Lettre à nos frères prêtres, janvier 2004).


"Je crois en l'Eglise, une, sainte, catholique et apostolique" (Credo)

 Il y a encore deux ans, il déclarait vouloir convertir celui qu'il considère comme le Vicaire du Christ, Benoît XVI !

 Il s'agit du même principe d'erreur que celle relevée ci-dessus : comment un catholique peut-il prétendre convertir celui qui est la règle de la foi de tous les fidèles catholiques, celui qui est "le Pasteur, le Conducteur, l'Évêque de l'Église universelle, l'Évêque des Évêques, le Pasteur des Pasteurs, le Docteur des Docteurs, le Père des Pères, le Chef des Chefs" (Mgr de Ségur - "Le Pape est infaillible") ? Comment un catholique peut-il revendiquer que le Magistère de l'Eglise doit être aujourd'hui interprété, jugé, rejeté ou condamné  ?!

 Non, ce n'est pas le Magistère de l'Eglise catholique qui est obscurcit par les ténèbres de l'erreur, c'est bien et bel la foi et l'intelligence de ces faux "champions de la Tradition" qui refusent de reconnaître deux vérités simples mais essentielles basées sur la Foi et le Magistère: le Sede Vacante et l'éclipse de l'Eglise catholique par cette nouvelle religion moderniste.

 Il ne nous reste plus qu'à prier...

Communiqué : Ayez pitié de nous, Seigneur !

Publié le par Clément LECUYER

 Comme tout le monde a pu le constater, les évènements que nous vivons ces derniers jours sont bien tristes :

http://1.bp.blogspot.com/-DUzZ78JBlNU/TV0dOfA-39I/AAAAAAAAATA/UoT9UdK3GfQ/s1600/passion-of-the-christ.jpg
Scandales, apostasies, blasphèmes, sacrilèges... STOP !
Quand tout cela va-t-il cesser ?
Notre Dieu a déjà trop souffert à cause de nos péchés et des blasphèmes commis contre son infinie Majesté !

- Renouvellement à Assise de réunions oecuméniques où Notre-Seigneur est de nouveau bafoué : "les dieux des autres religions sont des démons" (Psaume 95). Il ne peut y avoir de paix sans le règne du Christ-Roi. 

  Saint Pie X : "Mais, plus étranges encore, effrayantes et attristantes à la fois, sont l’audace et la légèreté d’esprit d’hommes qui se disent catholiques, qui rêvent de refondre la société dans de pareilles conditions et d’établir sur terre, par-dessus l’Église catholique « le règne de la justice et de l’amour », avec des ouvriers venus de toute part, de toutes religions ou sans religion, avec ou sans croyances, pourvu qu’ils oublient ce qui les divise : leurs convictions religieuses et philosophiques, et qu’ils mettent en commun ce qui les unit : un généreux idéalisme et des forces morales prises « où ils peuvent ».(…) Que vont-ils produire ? Qu’est-ce qui va sortir de cette collaboration ? Une construction purement verbale et chimérique, où l’on verra miroiter pêle-mêle et dans une confusion séduisante les mots de liberté, de justice, de fraternité et d’amour, d’égalité et d’exaltation humaine, le tout basé sur une dignité humaine mal comprise. Ce sera une agitation tumultueuse, stérile pour le but proposé et qui profitera aux remueurs de masses moins utopistes." ( Notre charge apostolique)

- Négociations diplomatiques menées par Mgr Fellay avec les modernistes : la défense de la foi est secondaire...  L'objet des discussions se concentre principalement autour du niveau du statut canonique qu'engendrerait l'acceptation du Préambule Doctrinale. Mais quand on est soi-même infesté de l'erreur doctrinale sur des vérités essentielles (sur l'infaillibilité pontificale, sur l'obéissance due au Pape, sur la sainteté de la liturgie, etc) comment peut-on envisager de rester fidèle à la Foi de toujours ? Des aveugles peuvent-ils en conduire d'autres ?

- Outrages commis quotidiennement contre Notre-Seigneur au sein même du Saint Sacrifice de la Messe. L'abbé de Cacqueray, supérieur du district de France de la FSSPX vient d'exiger, en réparation à Assise, que soit célébrées 1000 messes, bien sûr una cum Benoît XVI, la personne qui est justement responsable du scandale incommensurable d'Assise ! C'est se moquer du monde ! Mais c'est surtout insulter Notre Seigneur qui souffre déjà bien suffisamment ! 

- Blasphèmes publics contre Notre-Seigneur en France avec la réalisation de pièces de théâtre directement christianophobes, financées en partie par les impôts des français. Bien évidemment, tout ceci étant couvert par les pouvoirs publics antichrétiens qui envoient les CRS matraquer les quelques courageux chrétiens  ayant osé réciter le chapelet devant le Théâtre à Paris ou ayant pousser le comble de la violence [sic] à siffler la pièce !  

  Tous ces évènements sont de terribles coups portés contre notre Christ-Roi ! Récitons tous ensemble quotidiennement des actes de réparation au Sacré-Coeur de Jésus.

Actes de réparation au Sacré-Coeur de Jésus

    Très doux Jésus, Vous avez répandu sur les hommes les bienfaits de votre charité, et leur ingratitude n'y répond que par l'oubli, le délaissement, le mépris. Nous voici donc prosternés devant votre autel, animés du désir de réparer, par un hommage spécial, leur coupable indifférence et les outrages dont, de toutes parts, ils accablent votre Cœur très aimant.

 Cependant, nous souvenant que nous-mêmes, nous nous sommes, dans le passé, rendus coupables d'une si indigne conduite, et pénétrés d'une profonde douleur, nous implorons d'abord pour nous-mêmes votre miséricorde. Nous sommes prêts à réparer, par une expiation volontaire, les fautes que nous avons commises, tout prêts aussi à expier pour ceux qui, égarés hors de la voie du salut, s'obstinent dans leur infidélité, refusant de Vous suivre, Vous, leur Pasteur et leur Chef, ou, secouant le joug si doux de votre loi, foulent aux pieds les promesses de leur baptême. Nous voudrions expier pour tant de fautes lamentables, réparer pour chacune d'elles : désordre de la conduite, indécence des modes, scandales corrupteurs des âmes innocentes, profanations des dimanches et des fêtes, blasphèmes exécrables contre Vous et contre vos Saints, insultes à votre Vicaire et à vos prêtres, abandon et violations odieusement sacrilèges du divin Sacrement de votre amour, péchés publics enfin des nations qui se révoltent contre les droits et l'autorité de votre Église.

 Que ne pouvons-nous effacer de notre propre sang tant d'offenses ! Du moins, pour réparer votre honneur outragé, nous Vous présentons cette même satisfaction que Vous avez offerte à votre Père sur la Croix et dont Vous renouvelez l'offrande chaque jour, sur l'autel; nous Vous la présentons, accompagnée de toutes les satisfactions de la Très Sainte Vierge votre Mère, des saints, des chrétiens fidèles. Nous Vous promettons de tout notre cœur, autant qu'il dépend de nous et avec le secours de votre grâce, de réparer nos fautes passées, celles de notre prochain, l'indifférence à l'égard d'un si grand amour, par la fermeté de notre foi, la pureté de notre vie, la docilité parfaite aux préceptes de l'Évangile, à celui surtout de la charité. Nous Vous promettons aussi de faire tous nos efforts pour Vous épargner de nouvelles offenses et pour entraîner à votre suite le plus d'âmes possible.

 Agréez, nous Vous en supplions, ô très bon Jésus, par l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie Réparatrice, cet hommage spontané d'expiation; gardez-nous jusqu'à la mort, inébranlablement fidèles à notre devoir et à votre service, accordez-nous ce don précieux de la persévérance qui nous conduise tous enfin à la patrie où avec le Père et le Saint-Esprit, Vous régnez, Dieu, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Indulgences pour les âmes du Purgatoire

Publié le par Clément LECUYER

http://www.latribunedelart.com/IMG/jpg/Badaracco_-_Bastia.jpg 

 Les indulgences ci-dessous mentionnées peuvent être gagnées durant cette semaine pour nos défunts. Elles sont uniquement applicables aux âmes du Purgatoire.

Le jour de la Commémoration de tous les fidèles trépassés, ou le dimanche suivant 1, il y a une indulgence plénière toties quoties (une fois par jour) aux conditions suivantes :

– la visite d’une église ou d’un oratoire public, avec récitation de 6 Pater, Ave et Gloria Patri aux intentions du souverain Pontife 2 ;
– une confession qui peut être faite, outre le jour où l’on acquiert l’indulgence, dans la semaine qui le précède ou celle qui le suit 3 ;
– une communion reçue dans la période comprenant la veille du jour de l’action indulgenciée, le jour même et les sept jours qui le suivent 3.

Pendant l’octave de la Commémoration des fidèles défunts, il y a une indulgence plénière une fois par jour aux conditions suivantes :

  • – une visite pieuse et dévote d’un cimetière, avec une prière (au moins mentale) pour les défunts ;
  • – une communion faite dans la période comprenant la veille du jour de l’action indulgenciée, le jour même et les sept jours qui le suivent 3.

 Soyons généreux durant ce mois consacré aux âmes du Purgatoire. Souvenons-nous que les âmes que nous auront aidées nous en seront reconnaissantes et nous aideront durant toute notre vie et intercèderont pour nous au moment de votre mort. En outre, le Bon Dieu, dans sa justice, nous traitera comme nous auront traité les autres : ceux qui auront peu fait pour les saintes âmes du Purgatoire recevront peu de suffrages si un jour ils se trouvent à leur tour en Purgatoire. Les personnes qui auront été généreuses seront, au contraire, vite soulagées.
____________________

1   Chacun de ces jours commence la veille (le jour de la Toussaint ou le samedi) à midi.

2   Les intentions du souverain Pontife sont :

  • 1)   l’exaltation de l’Église catholique ;
  • 2)   la propagation de la Foi ;
  • 3)   l’extirpation des schismes et des hérésies ;
  • 4)   la conversion des pécheurs ;
  • 5)   la paix et la concorde entre les princes chrétiens ;
  • 6)   les autres besoins de la chrétienté.

3   Une même confession ou communion peut servir pour le gain de plusieurs indulgences.

Source : Notre Dame des Dons

Publié dans Spiritualité

Interview de M. l'abbé Ricossa

Publié le par Clément LECUYER

http://virgo-maria.info/wordpress/wp-content/uploads/ricossa.jpg  Le journal RIVAROL vient d'interviewer M. l'abbé Ricossa. Avec l'accord de l'hebdomadaire, nous publions cet entretien qui s'avère être riche, intéressant et éclairant pour les catholiques et les personnes de bonne volonté. Au cours de cet entretien, l'abbé Francesco Ricossa précise sa position doctrinale dans l'actuelle "crise de l'Eglise", revient sur la notion d'infaillibilité pontificale et des conséquences qui en découlent, et donne son point de vue sur une actualité religieuses particulièrement chargée avec notamment le Préambule Doctrinal proposé à la FSSPX et les réunions oecuméniques organisées par Benoît XVI.

 Abbé Francesco Ricossa: “Josef Ratzinger est un pur moderniste”

 Lire la suite ICI

ASSISE III et la FSSPX

Publié le par Clément LECUYER

 Le site Résistance-catholique nous ayons 'devancé' dans la publication des dernières actualités concernant Assise et la FSSPX, nous relayons ces deux derniers communiqués :

ASSISE : la FSSPX accréditée par la Salle de Presse du Vatican


Copie d’écran du site de propagande du District de France de la FSSPX

 Alors qu'aujourd'hui se déroule à Assise, le rassemblement de l'antichrist Benoît XVI, une réunion des Communautées Amies de la FSSPX a lieu – sur convocation de Mgr Fellay – en ce moment même à Saint Nicolas du Chardonnet à Paris, pour étudier les propositions de celui qui « appelle les représentants des fausses religions, en tant que tels, à participer à une journée de prière personnelle », selon la perle de l’abbé de Cacqueray dénoncée dans notre précédent message.

  1. Lire le message
  2. Télécharger le message en PDF PDF

Un nouvel outrage de l’abbé de Cacqueray et de la FSSPX envers Notre-Seigneur

Prétendant vouloir réparer le prochain scandale d’Assise organisé par l’antichrist Benoît XVI, l’abbé de Cacqueray, qui n’est plus à une aberration près, impose aux prêtres 1000 messes «  UNA CUM » Benoît XVI !

Peu de temps auparavant, le 12 septembre, il diffusa un article particulièrement effarant par son impiété et ses injures à l’égard de l’enseignement de l’Église.

Abbé de Cacqueray Refusant obstinément d’admettre que l’église Conciliaire ne peut absolument pas être l’Église fondée par Notre Seigneur tout comme Benoît XVI ne peut pas être le chef de l’Église catholique, l’abbé de Cacqueray ainsi que les supérieurs de la FSSPX continuent de nier perfidement le Magistère de l’Église pour pouvoir développer leurs positions impies selon lesquelles un pape peut perdre la foi, offenser le Bon Dieu, humilier l’Église et soutenir des actes blasphématoires !! Pas moins ! De facto, ils flétrissent odieusement l’autorité pontificale et s’opposent injurieusement à la promesse que Notre Seigneur a faite à Saint Pierre et à ses légitimes successeurs de ne point défaillir dans la foi.

Le 4 octobre dernier, l’abbé de Cacqueray a donc appelé les prêtres de la FSSPX à dire 1000 messes « en réparation de la convocation de la célébration de la scandaleuse réunion interreligieuse d’Assise qui aura lieu le 27 octobre prochain et pour obtenir de Dieu que cette réunion n’ait pas lieu ».

Le District de France de la FSSPX a même organisé un Chemin de Croix spécial pour l’occasion, à dire le jour du rassemblement d’Assise.

L’abbé de Cacqueray a demandé en outre que « chaque prieuré du district de France » célèbre « une messe publique de réparation », que « chaque prêtre » célèbre « également une messe de réparation » et a invité « instamment tous les catholiques à entrer dans cet esprit d’expiation, de pénitence et de réparation de ces terribles péchés publics ».

Afin de réparer les blasphèmes perpétrés par celui qu’il continue à désigner comme le « Vicaire du Christ » pour qui il demande aux prêtres et aux fidèles de prier le Bon Dieu et la Très Saint Vierge Marie de lui « redonner la foi » (sic !), l’abbé de Cacqueray exige donc, tambour battant, que soient célébrées 1000 messes « una cum » ce même Benoît XVI qu’il dit, au moment du canon de la Messe, être « notre Pape » (sic !) « fidèle à la foi catholique » !!

  1. Lire le message
  2. Télécharger le message en PDF PDF