Jeûne et abstinence cette semaine

Publié le par Clément LECUYER

http://i32.servimg.com/u/f32/11/12/72/27/priere10.jpg  Mercredi 15, vendredi 17 et samedi 18 septembre : jeûne et abstinence (quatre-temps). Il s'agit d'une tradition apostolique (saint Léon).

Dans quel but a été institué le jeûne des quatre-temps ?

Le jeûne des quatre-temps a été institué :

   - pour consacrer chaque saison de l’année par une pénitence de quelques jours;
- pour demander à Dieu la conservation des fruits de la terre ;
- pour le remercier des fruits qu’il nous a déjà donnés ;
- et pour le prier de donner à son Eglise de saints ministres, dont l’ordination est faite les samedis des quatre-temps.

(Source : Catéchisme de saint Pie X)

_________________

1)  La loi du jeûne oblige-t-elle tous les Fidèles ?

R. La loi du jeûne oblige tous les Fidèles, excepté ceux qui n'ont pas atteint l'âge de vingt et un ans accomplis, ou ceux à qui leurs infirmités ou des travaux trop pénibles ne permettent pas de jeûner.

D. Que faut-il faire pour rendre le jeûne agréable à Dieu ?

R. Pour rendre le jeûne agréable à Dieu, il faut le pratiquer avec des sentiments de pénitence, y unir la prière et d'autres bonnes œuvres.

D. Que doivent faire ceux qui ne peuvent pas jeûner ?

R. Ceux qui ne peuvent pas jeûner, doivent remplacer le jeûue par la prière, l'aumône, la mortification ou d'autres œuvres de pénitence.

(Source : Catéchisme ou abrégé de la Foi de Mgr l'évêque d'Autun - 1850)

__________________

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/ff/Prosper.jpg Dom Gueranger : "Les intentions du jeûne des Quatre-Temps sont de consacrer par la pénitence chacune des saisons de l'année. Les Quatre-Temps de L'Avent sont connus, dans l'antiquité ecclésiastique, sous le nom de Jeûne du dixième mois ; et saint Léon nous apprend, dans un des Sermons qu'il nous a laissés sur ce jeûne, et dont l'Eglise a placé un fragment au second Nocturne du troisième dimanche de l'Avent, que cette époque a été choisie pour une manifestation spéciale de la pénitence chrétienne, parce que c'est alors que la récolte des fruits de la terre étant terminée, il convient que les chrétiens témoignent au Seigneur leur reconnaissance par un sacrifice d'abstinence, se rendant d'autant plus dignes d'approcher de Dieu, qu'ils sauront dominer davantage l'attrait des créatures ; « car, ajoute le saint Docteur, le jeûne a toujours été l'aliment de la vertu. Il est la source des pensées chastes, des résolutions sages, des conseils salutaires. Par la mortification volontaire, la chair meurt aux désirs de la concupiscence, l'esprit se renouvelle dans la vertu. Mais parce que le jeûne seul ne nous suffit pas pour acquérir le salut de nos âmes, suppléons au reste par des œuvres de miséricorde envers les pauvres. Faisons servira la vertu ce que nous retrancherons au plaisir ; et que l'abstinence de celui qui jeûne devienne la nourriture de l'indigent. »

[...] Ranimons en nous, à l'aide de ces légères observances, le zèle des siècles antiques, nous souvenant toujours que si la préparation intérieure est surtout nécessaire pour l'Avènement de Jésus-Christ dans nos âmes, cette préparation ne saurait être véritable en nous, sans se produire à l'extérieur par les pratiques de la religion et de la pénitence.

Le jeûne des Quatre-Temps a encore une autre fin que celle de consacrer, par un acte de piété, les diverses saisons de l'année ; il a une liaison intime avec l'Ordination des Ministres de l'Eglise, qui reçoivent le samedi leur consécration, et dont la proclamation avait lieu autrefois devant le peuple à la Messe du Mercredi. Dans l'Eglise Romaine, l'Ordination du mois de Décembre fut longtemps célèbre ; et il paraît, par les anciennes Chroniques des Papes, que, sauf les cas tout à fait extraordinaires, le dixième mois fut, durant plusieurs siècles, le seul où l'on conférât les saints Ordres à Rome. Les fidèles doivent s'unir aux intentions de l'Eglise, et présenter à Dieu l'offrande de leurs jeûnes et de leurs abstinences, dans le but d'obtenir de dignes Ministres de la Parole et des Sacrements, et de véritables Pasteurs du peuple chrétien."

 (Source : L'année liturgique)