Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catastrophes au Japon : réflexions

Publié le par Clément LECUYER

"Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Et sur la terre il y aura de l'angoisse chez les nations qui ne sauront que faire,  au bruit de la mer et des flots,  les hommes rendant l'âme de terreur dans l'attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées."  (Evangile selon saint Luc 25-26)

 Vous le savez sans doute, le Japon a subi vendredi dernier un violent tremblement de terre, suivi de près par un tsunami puis par de sérieux problèmes liés aux centrales nucléaires. Les morts se comptent par milliers (voire par dizaines de milliers) et les dégats matériels sont énormes (évalués à plus de 130 milliards de dollars). Des fuites radioactives ont été détectées autour d'une centrale. La menace d'un second séisme semblable s'intensifie (les autorités nippones affirment qu'il y a 70% de chances qu'un nouveau séisme d'une amplitude similaire ait lieu dans les jours à venir). Bref, une grande partie du pays est dans un triste état.

Et alors ? ... voilà quelques pistes de réflexion :

- Nous le savons, un jour nous devrons mourir. Aujourd'hui, demain peut-être. Enfin, à 20, 30 ans, on se dit qu'on a le temps de voir le coup venir... Erreur. Voilà qui nous remet les idées en place : tout un pays bouleversé en quelques secondes. Combien sont déjà morts ? et combien vont peut-être encore mourir ? Notre Seigneur nous a prévenu : "Je viendrai comme un voleur" .  Que devons nous faire ? Faut-il donc tout laisser, ne pas accomplir son devoir d'état (peut-être que demain je serais mort, après tout) ? Non, il faut tout de même faire son devoir d'état. Notre Seigneur nous demande d'être prêts, de "veiller" : "Je vous le dis, heureux le serviteur que son maître trouvera veillant à son retour", "il l'établira sur tous ses biens".

vie-gaume-copie-1.jpg- Sans doute, parmi les japonnais, il en est qui, bien qu'ils ne soient pas morts, ont perdu beaucoup d'argent, de biens matériels, etc. A quoi cela leur a-t-il servi ? Et nous, ceci ou cela, à quoi nous sert-il ? Il s'agit donc de vivre sur la terre comme un pèlerin dont le but est le Ciel, comme un voyageur, un homme de passage. "La vie n'est pas la vie" avait coutume de dire Mgr Gaume. Le second point à méditer est donc le détachement des biens de ce monde. "Cherchez donc avant tout le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par surcroît.".  "Faites-vous des amis avec les richesses d'iniquité, afin que, lorsque vous mourrez, ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels."

-Nous devons prier pour tous ceux qui sont morts ou qui sont à l'agonie. "Priez beaucoup et faites des sacrifices  pour les pécheurs. Rappelez-vous que beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'il n'y a personne qui prie et fasse des sacrifices pour elles." (Notre Dame de Fatima).

Source : Le Blog des Amis de Saint Joseph

Publié dans Divers

Excellence de la lecture spirituelle

Publié le par Clément LECUYER

"Tous les saints ont estimé cet exercice un des plus importants de la vie spirituelle. Saint Paul y exhorte Timothée : Appliquez-vous à la lecture des bons livres, lui écrit-il ; Saint Jérôme en recommande la pratique journalière à Népotien : Chaque jour, lui dit-il, soyez fidèle à lire quelque bon livre. Pour comprendre l'importance de cet avis, représentons-nous un grand monarque qui, voulant introduire à sa cour un de ses sujets étrangers aux usages de ce nouveau séjour, lui députeraient pour le former quelques-uns de ses principaux officiers. Avec quel zèle ce sujet si favorisé ne devrait-il pas écouter les conseils des envoyés du prince ! Or, les auteurs des livres spirituels sont précisement ces envoyés, que Dieu nous députe pour corriger en nous ce qui est incompatible avec la vie du ciel et nous rendre dignes de prendre place parmi les anges et les saints. La lecture de leurs écrits fait revivre, pour nous instruire, ces hommes de Dieu, si dignes de tous nos respects. Nous n'avons point à envier le bonheur de leur contemporains : par leurs écrits, ils nous parlent comme s'ils vivaient avec nous, et par un heureux charme, par un divin enchantement, nous jouissons d'eux et de leurs précieux entretiens, avec cette différence que, sous certains rapports, nous gagnons plus à lire leurs écrits qu'à entendre leurs discours. Car, 1° la prédication s'oublie et ne peut plus se retrouver, tandis que la lecture se retrouve toujours dans les livres qui la contiennent ; 2° la prédication passe avec la rapidité de l'éclair, et il est difficile de la méditer ; la lecture demeure sous nos yeux tant que nous voulons, et nous avons tout le loisir de la méditer dans toutes ses parties, de nous l'incorporer et de la changer en notre propre substance ; 3° dans la prédication, on ne fait que passer vite devant le feu sacré, et on n'a guère le temps de s'échauffer. Dans la lecture, on demeure tant qu'on veut devant le feu divin ; on s'en laisse pénétrer, échauffer, à son gré ; 4° dans la prédication, on applique souvent aux autres ce qu'on entend, sans songer à se l'appliquer soi-même ; dans la lecture, au contraire, seul avec son livre, on s'applique bien mieux à soi-même les vérités saintes ; 5° un livre descend dans des détails pratiques que ne comporte pas toujours le genre plus élevé du sermon. De là vient que la lecture spirituelle a changé tant de pécheurs en saints ; témoin ces deux courtisans de l'empereur Théodose, que convertit la lecture de la Vie de saint Antoine, et saint Ignace, que convertit la lecture de la Vie des saints ; témoin enfin l'expérience de chaque jour. Une bonne lecture bien faite relève l'âme abattue, console l'âme désolée, encourage l'âme languissante, fortifie les faibles, recueille les dissipés, réchauffe les froids et les tièdes, perfectionnes les justes, à ce point que quiconque est fidèle à sa lecture journalière se soutient et avance dans la piété, et quiconque la néglige se relâche. Est-ce là l'estime que nous faisons de la lecture spirituelle ? y sommes-nous fidèles chaque jour ? Avons-nous un temps marqué pour cet exercice ?"

Publié dans Spiritualité

Nicolas Sarkozy se rendra à la "béatification" de Jean-Paul II

Publié le par Clément LECUYER

http://medias.lepost.fr/ill/2009/01/29/h-20-1405437-1233262219.jpg Nicolas Sarkozy, qui fait ci-contre le signe sataniste du cornuto, rendra hommage à un des siens : Wojtyla

 "Dimanche 1 er mai, Nicolas Sarkozy se joindra aux deux ou trois millions de pèlerins attendus à Rome pour la béatification de Jean-Paul II. En plein débat sur la laïcité, le chef de l'Etat entend assumer un hommage à ce pape qui a «infléchi le cours de l'histoire», comme il le dira en annonçant, sans doute demain, sa décision.

Cette décision, il le sait, relancera le procès en lèse-laïcité qui lui est régulièrement intenté. [...] Décidé à assumer sa vision d'une « laïcité positive », Nicolas Sarkozy délivrera ainsi trois messages. D'abord rendre un hommage personnel à Jean-Paul II, présenté, avec De Gaulle, à la veille du premier tour de 2007, comme le personnage qui «l'inspirait» le plus. Témoigner ensuite son estime à Benoît XVI. «J'aime bien ce pape», confie-t-il, en s'identifiant entre les lignes au successeur de Jean-Paul II que les attaques - y compris de son camp -ne font pas céder au politiquement - ou au religieusement -correct. [...]

Troisième et principal objectif : assumer la place des religions dans «l'identité nationale». C'est l'un des derniers terrains sur lesquels il poursuit la rupture avec un Jacques Chirac qui avait refusé d'assister à la messe célébrée à Reims par Jean-Paul  II pour l'anniversaire du baptême de Clovis et qui s'était battu contre la mention des racines chrétiennes dans la Constitution européenne."

> Information provenant du Salon beige

> Relire notre dossier : Jean-Paul II, un antichrist "béatifié" par les siens

> Commander la publication en français de la revue italienne Chiesa Viva n°430, sept. 2010 : KAROL WOJTYLA BIENHEUREUX ? … JAMAIS !! par Don Luigi VILLA (éditions Saint Rémi

<< < 1 2